Après la mousson de Selina Sen

La "Partition" est entrée en vigueur le 15 août 1947 avec l'Indépendance de l'Inde et a divisé l'Empire Colonial des Indes en deux pays : l'Inde et le Pakistan. Dans les années soixante, le territoire du Bengale avait alors été divisé entre l'Inde et le nouvel Etat du Bangladesh. La Partition a entrainé des déplacements de population d'un état à l'autre selon la religion comme le monde n'avait jamais connu, occasionnant quelques centaines de milliers à un million de morts sinon plus. Des réfugiés se sont retrouvés à Delhi et ont doublé la population de cette ville vers 1950. Nous sommes en 1984-1985 et parmi eux, se trouve la famille du Dr Dharani Dhar Talukdar, un médecin qui avait transformé son garage en cabinet médical. Il est surnommé "Dadu" et est un grand nostalgique de Brahmapoutre au Bengale comme elle était avant la Partition et se replonge quotidiennement dans ses lointains souvenirs de cette région où il a grandit, de la propriété familiale entourée d'un lac, de vastes prairies, ... perdu à jamais au Bangladesh. Dadu est marié à Dadi, une cuisinière avec un talent inspiré et fervente de Krishna. Ensemble, ils ont eut une fille Meera, veuve depuis 13 ans, un veuvage encore très lourd à porter, souffrant de migraines et d'insomnies. Meera a deux filles, qui sont maintenant de jeunes adultes. Tout d'abord, il y a la sérieuse Chhobi, une jeune fille de 24 ans, passionnée par l'histoire et l'architecture de Delhi et travaillant pour un magazine de luxe y rédigeant des articles sur les monuments de Delhi. Puis la benjamine avec 5 ans d'écart avec son aîné, la ravissante et impulsive Sonali, la préférée de Dadi. C'est justement par elle, que la vie paisible de cette famille sera bouleversée. Après avoir flirté avec Sonny un fils d'une très riche famille de Delhi, celui-ci la quitte pour un mariage arrangée le jour des 19 ans de Sonali après qu'elle s'est entièrement donnée à lui. Quelques jours après, elle épousa Karan dans un bureau d'état civil sans aucun membre de leur famille, lui était marin, ils partirent ensemble sur les océans et les mers durant un temps. Leur retour fera l'effet d'une explosion et s'ensuivira par un malheur qui irritera plus sa famille que Sonali elle-même. Le livre nous plonge directement vers la fin de l'année 1984, peu avant l'assassinat d'Indira Gandhi et nous renverra les conséquences de son meurtre par ses gardes du corps sikhs. On retrouvera également une pointe d'histoire sri-lankaise où sa guerre civile (qui débuta en 1983) et les Tigres Tamoules auront sans doute un lien avec la disparition de navires. Le début des années 1980, est aussi représentée comme le commencement de l'ère de la modernité pour l'Inde comme par exemple de nombreux projets immobiliers où des maisons de Delhi seront rasés pour la construction de hauts buildings, les jeunes prenant en main leur destin, un début de l'émancipation de la femme, ... Bien sûr, tout cela sur fond de corruption, chantage, pot-de-vin, virement d'argent en Suisse ... Les femmes ont un rôle prédominant dans ce livre et ce seront-elles qui livreront bataille avec en tête Chhobi, plus que déterminée et qui sera le fil conducteur de tout le roman. Les hommes seront mis au second rang laissés dans leur rêverie. La famille sera plus que jamais unie et sera épaulée par des gens généreux humainement et hauts en couleur. Malgré une période difficile qui régnera dans cette famille, les mets préparés par Dida grâce à ses effleuves que l'on presque sentir tellement qu'ils sont si bien décrit adoucira la douleur. L'auteur nous permettra également de nous plonger totalement dans Delhi et sa richesse culturelle, les monuments décrits par Chhobi et ponctués par des notes historiques est un pur délice. On y retrouve une famille où le traditionnalisme n'y trônent que très peu, où les femmes travaillent à l'extérieur et font de longues études, le veuvage et les coutumes s'y mêlant peu respectés, côté religion se mêle des prières de Dida pour Krishna et ses lectures du Gita Govinda ou du Brahma Samhita mêlés aux prières chrétiennes de sa petite-fille Chhoti, ... L'auteur nous permettra grâce à ses descriptions précises de nous envoler directement dans son roman et en être presque témoin, comme je l'ai dit précédement on pourra presque sentir les plats mijotés par Dida, découvrir et voir Delhi à travers les lignes mais on se sentira presque effleuré les étoffes tellement qu'ils sont si bien décrites, on pourra s'imaginer le jardin à Dadu à Delhi ou comme il était dans son Bengale natale, on partira à la découverte de Simla (où Chholi a fait ses études dans une école chrétienne dans le Nord de l'Inde au pied de l'Himalaya), ... Un grand plaisir de lecture, un style de roman original, mêlant dans le "livre un" présent et passé afin de poser le décor et les personnages. Puis le "livre deux" où l'on retrouve l'évènement déclencheur, le mystère autour de lui et le combat pour que justice soit rendu et une chute surprenante. En fin d'ouvrage, on retrouve notamment un glossaire pour les mots "difficiles" mais surtout un "index des titres et des noms propres" que je trouve très intéressant et où l'on retrouve des personnages historiques mentionnés par Chhoti quand elle nous parle de Delhi mais également des fêtes religieuses, des romans, des films.

Même s'il avait échappé au carnage sanglant qui suivit la Partition, le déracinement l'avait tellement traumatisé qu'il restait à jamais en exil, prisonnier de ses propres souvenirs.
page 55

Delhi passait pour être la métropole la plus verte, mais Chhobi avait peine à admirer les arbres de Delhi comparés aux feuillages persistants de Simla. Elle y parvenait presque quand après l'hiver les jamblons autour d'India Gate et d'Ashok Road sortaient leur tendres feuilles nouvelles. Elle se demandait si au fond les gènes de Dadu ne seraient pas dominants - tous deux cherchant à faire retraite dans les lieux dans les lieux dont la géographie ne s'alignait pas sur leur histoire.
page 227

Après la mousson

De Selina Sen

Titre original : A mirror greens in spring

Roman traduit de l'anglais (Inde) par Dominique Goy-Blanquet

Edtions "Le livre de Poche" - 429 pages (y compris glossaire, index des titres et des noms propres et les remerciements) - 7,60 € - ISBN :

Sabine Wespieser Editeur (format broché) - 478 pages - 26,35 € - ISBN : 978-2848050706

0 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi