La nuit aux étoiles de Shobhaa Dé

"La Nuit aux Étoiles" est un roman inspiré de l'univers impitoyable du cinéma indien et de Bollywood. Aucun sujet n'y est tabou, bien au contraire, inutile de passer par 4 chemins, tout est cité, cru, brut et les angles n'y sont pas arrondis. On y trouve tous les déboires et les expériences auxquelles ces vedettes s'essayent ou utilisent. Aashi Rani est une fille originaire de Madras en Inde du Sud et est peut-être un peu sombre de peau. Mais pour le premier homme du monde de Bollywood, Kishenbhai, à l'avoir vu, produit et présenté au gratin bollywoodien, elle ressemble à Liz Taylor. Aashi Rani est un nom de scène qui a été dégoté par ce même Kishenbhai, son premier maquereau comme elle aime le surnommer, mais son vrai nom avait été Viji et le cinéma, un rêve de sa mère Amma. Cette Amma qui vantait et vendait sa fille, comme une vendeuse de marché, à mettre en avant le fort tour de poitrine de son enfant. Elle ne protégeait pas sa fille, au contraire, elle n'hésita pas à donner son corps à de grands noms de Bollywood, pour une nuit ou plusieurs. Mais sa mère l'avait l'avait déjà préparé méthodiquement à cette vie de débauche, alors que Aashi n'avait que 12 ans, qu'elle la maquillait outrageusement pour des oncles douteux afin d'y jouer des films pornos. Alors bon, passer des nuits avec des hommes mariés pour percer dans le milieu, cela fait partie du jeu, faut juste attendre que ça passe. Mais un jour, elle tomba éperdument amoureuse de Akshay Arora, un acteur marié et connu pour le nombre de ses maîtresses. Mais cette relation ne sera pas appréciée par la femme d'Akshay car elle trouve que Aashi Rani lui fait bien trop d'ombre contrairement aux autres maîtresses de son mari. Pour Amma qui a toujours son mot à dire, elle trouve que cette relation est néfaste pour la carrière de sa fille. Aashi Rani aura une liaison tumultueuse avec cet homme faite de ruptures et de réconciliations, où elle ponctuera d'autres aventures au gré de ses rencontres mais ne cessera jamais de penser à lui. Mon avis Le roman peut effectivement décourager certains lecteurs, notamment au début, car la présence des relations sexuelles parsèment nombre de ses pages. J'ai voulu découvrir vraiment le roman et m'en faire ma propre opinion. Je me suis rendue compte qu'à compter de la deuxième partie l'histoire prend un autre tournant et j'ai découvert une Aashi Rani sous sa vraie apparence emprunt d'une grande sensibilité et en pleine crise d'identité. Je dirais que l'on ne peut pas lui en vouloir d'être aussi guindé car c'est une jeune femme ayant depuis son enfance aucun repère familiale, de plus sa mère ne lui a pas permis de grandir comme une enfant normal en la poussant dans les rouages du sexe à peine passer la puberté. Je regrette cependant qu'en milieu de la deuxième partie, le déroulement de l'histoire s'accélère subitement, le temps bien sûr mais surtout le comportement de l'héroïne aux antipodes de ce qu'elle avait réservé au lecteur auparavant. Mais son naturel reviendra vite au galop et elle n'aura pas terminé avec des expériences très douteuses. Malgré cela, c'est une lecture très intéressante, assez bien orchestrée dont je conseille au futur lecteur de ne pas prendre le récit au premier degré mais d'en chercher le fond et de l'analyser, ce qui vous rendra la lecture meilleur et voire peut-être même enrichissante. Vous trouverez sans doute des critiques à l'opposé de la mienne sur la toile. Sachez que Shobha Dé est un des écrivains les plus médiatiques de l'Inde, peut-être car elle est l'auteur de plusieurs romans à paillettes où l'on y retrouve l'argent, l'infidélité, l'homosexualité, ... Journaliste, son inspiration vient directement des piges qu'elle rédige sur le monde des peoples et de leurs mondanités. Je pense de manière générale, que soit le roman est apprécié, soit il ne l'ai pas, tout simplement. En savoir + Si vous suivez souvent mes articles, vous devez savoir que j'aime bien "fouiller" pour en savoir plus sur les livres que je lis. Pour écrire "La Nuit aux Étoiles", il semblerait que Shobhaa Dé, l'auteur, se saurait inspirer des amourettes du grand Amitabh Bachhan avec Rekha Ganesan et de Dharmendra Deol Singh avec Hema Malini. Je me suis renseignée sur la vie de Rekha Ganesan et nombre de similitudes avec l'héroïne de ce roman : origine d'Inde du Sud, parents non mariés, père n'a pas reconnu sa paternité, père issu du monde de Kollywood, ... Quant à Hema Malini, elle est également une actrice originaire de l'Inde du Sud, convertie à l'islam pour pouvoir s'unir à un homme déjà marié, connaissance de la danse traditionnelle, ... Amitabh Bachhan avec Rekha Ganesan - Dharmendra Deol Singh avec Hema Malini.

Aasha Rani avait tout au plus vaguement entendu parler des invités des milieux industriels. Elle n'en connaissait pas un seul. Ce qui lui fit penser au monde du cinéma. Un monde complètement à pars, qui n'avait rien à voir avec la réalité. Un monde fondé sur des illusions et des rêves en technicolor. Aussi toc que les films qu'il débitait à la chaîne.
Page 137

"Allons faire un tour en ville, au zoo, quelque part. N'importe où. Nous pourrions prendre une vedette à la porte de l'Inde et aller voir les grottes d'Elephanta. ça fait des années que je vis à Bombay et je n'ai encore rien vu. Les studios de cinéma et les hôtels cinq étoiles, c'est tout. J'ai envie de me balader sur les marchés. D'aller faire du shopping à Kala Niketan. D'acheter quelque chose au marché aux voleurs. Tu y es déjà allée ?
Page 152

Mais Aasha Rani elle-même devait reconnaître que Bombay avait l'air plus pauvre et plus sale que jamais. Déjà l'avion avait tourné, en attente de pouvoir se poser, elle avait regardé, atterrée, la prolifération des bidonvilles qui s'étendaient autour de l'aéroport. Elle avait remarqué les cités-dortoirs qui avaient poussé autour de Bombay, et leurs milliers d'horribles grands ensembles collés les uns aux autres, les immeubles avec leurs façades écaillées et leurs citernes rouillées sur leur toit.
Page 197

Sudha avait habillement réussi à insinuer tout ce qu'elle avait voulu. La petite sœur avait bien grandi. La profession avait fait son œuvre. Elle était devenue comme eux - intrigante, retorse, manipulatrice. Bien qu'elle ne fût pas prête à lui pardonner, Aasha Rani ne la condamnait pas vraiment non plus. Car, dans le cinéma, on est une star - ou rien du tout. Et partout les gens sont là comme des vautours à guetter le moindre échec ; un faux pas, et c'est fini - ils vous sautent dessus et vous déchiquettent avant même que vous ayez eut le temps de lutter pour vous remettre sur vos pieds. C'était un monde cruel.
Page 228

La Nuit aux Étoiles

De Shobhaa Dé

Titre original : Starry Nights

Traduit de l'anglais (Inde) par Sophie Bastide-Foltz

Éditions "Actes Sud" - Collection "Lettres indiennes" - Publication 28 février 2010 - 313 pages - ISBN : 978-2742789573 - Prix éditeur : 23,40 €

Éditions "Actes Sud" - Collection "Babel" - Publication juin 2016 - 400 pages - ISBN : 978-2-330-065454-9 - Référence Babel n° 1397 - Prix éditeur : 9,70 €

0 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi