top of page

"La vie comme à Delhi" de Ruth Prawer Jhabvala




Ruth Prawer Jhabvala (1927 - 2013) est une autrice née en Allemagne, de parents polonais et juifs, ayant fait ses études en Angleterre et qui a épousé un architecte indien, Cyrus Jhabvala. Ensemble ils vécurent à Delhi puis à New York, tout en se partageant entre l'Inde et les États-Unis.

Ruth Prawer Jhabvala est l'autrice de nombreux romans, elle a été lauréate du Booker Prize (et d'un Oscar pour un scénario car elle a longtemps collaboré avec la société de production Merchant Ivory), mais pourtant peu ont été traduit en français. Le roman majeur de l'autrice est "Chaleur et poussière" (titre original : "Heat and Dust") qui a été écrit en 1975 et adapté au cinéma. "A Backward Place" dont la traduction est "La vie comme à Delhi" a quant à lui été écrit dix ans auparavant en 1965.


"Chaleur et poussière" est incontestablement un chef d’œuvre, malheureusement "La vie comme à Delhi" est loin d'être à sa hauteur.

"La vie comme à Delhi" est l'histoire de plusieurs occidentaux qui vivent dans une grande ville dont il semblerait être Delhi, quelques années après l'Indépendance - sans que le lecteur puisse déterminer l'année - même s'il y transparaît de ces protagonistes des comportements comme ils purent avoir pendant le Raj. En plus, de ces occidentaux, nous suivons quelques indiens.

Parmi les nombreux personnages de ce roman, il y a Judy, une anglaise issue d'une famille pauvre et qui s'est mariée à un indien, Bal, qui vit de désillusions, croyant un jour décrocher le rôle de sa vie d'acteur. Autour de ce couple, il y a Etta, une femme frivole, qui a connu son heure de gloire cumulant des amants indiens mais qui se flétrit ; les Hochstadt, un couple charmant et très ouverts, d'origine allemande mais aux mœurs anglaises ; Clarisse, une artiste anglaise qui est venue en Inde car elle est tombée amoureuse mais qui vit sans le sou ; il y a Sudhir, le collègue à Judy et qui est originaire de Calcutta, ayant du mal à trouver un emploi malgré ses études ; Jaykar le militant et ami de Sudhir et Mrs Kaul, la patronne à Judy, qui dirige pour s'occuper une fondation qui prône la culture.

Souvent agaçants, plus que touchants, ces personnages, cosmopolites, vivent pour la plupart de désillusions. Ils sont le reflet que tout est en mouvance et ce qui fut hier, ne le sera plus demain. Ils vivent dans un monde de faux-semblants, où les promesses ne sont souvent que des paroles en l'air et les amitiés peuvent se déchirer à n'importe quelle contrariété.


Certains survivent, d'autres vivent relativement bien, ... dans la capitale indienne. Il est difficile de dire où l'autrice souhaitait emmener son lecteur, même ce projet de théâtre n'a pas de sens ... Voulait-elle sans doute écrire un roman satirique sur la nature humaine. Malheureusement, ce roman n'est pas prenant et l'on peut vite s'y ennuyer contrairement à "Chaleur et poussière". Dommage que d'autres romans de l'autrice n'ont pas été traduit en français, il est certain que des pépites s'y trouvent.

"La vie comme à Delhi" est un roman flou, peu passionnant, limite ennuyant.



"La vie comme à Delhi"

Ruth Prawer Jhabvala

Titre original : A backward place

Traduit de l'anglais par Nicole Ménant

Editions Balland - 1985 - En occasion

Kommentarer


bottom of page