"Le Père" par Imayam

#littératuretamoule #imayam #éditionscaractères #littératureindienne #auteurtamoul #auteurstamouls #auteursindiens #auteurindien


- Tu sais quel âge j'ai : soixante-six ans. Au village, on donne toujours le nom de mon père avec mon nom. Personne m'a jamais appelé "ce type-là", personne a jamais demandé si j'étais bien le fils de mon père. J'entretiendrai le nom de mon père jusqu'à ma mort ! Je dis pas ça pour t'accuser. Notre époque est comme ça, le monde est comme ça. L'histoire de Nallur, l'histoire de Pallur, l'histoire de Matlur, tu les connais ! Tu sais que t'es d'une caste qui recule pas devant la violence. Tu te fichais du lendemain. Tu croyais que c'était un jeu tout ça ... [Page 51]


"Le Père" est une novella - un roman court à mi-chemin entre la nouvelle et le roman - écrit par un grand auteur tamoul Imayam. L'occasion de se plonger dans cette littérature que nous ne connaissons que trop peu.

Le sujet de cette novella tourne autour de la relation "interdite" entre une jeune fille éduquée de caste moyenne et un intouchable. "Le Père" nous permet de voir un des aspects les plus sombres de la société indienne.

L'histoire est donc elle d'une jeune fille et d'un garçon. La naissance de la jeune fille a été un miracle pour ses parents, car ils ont pris 20 ans pour avoir un enfant. Malgré qu'elle est née fille, sa naissance n'avait pas été une malédiction pour ses parents et sa famille, mais une bénédiction jusqu'au jour fatidique où ses derniers apprennent qu'elle a une relation avec un intouchable rencontré sur les bancs de l'école. L'intouchable est, depuis qu'il a été étudiant, devenu officier de policier, mais peu importe, un intouchable reste un intouchable comme il faut préserver la bonne réputation de la famille.

La relation entre les jeunes gens dure depuis trois ans, malgré les sanctions infligées à l'un et à l'autre notamment au jeune homme : des coups, des blessures, des vengeances sur leur famille et la destruction de leurs biens et leurs cultures pour ne citer que quelques uns des préjudices subies. Mais leur amour est bien plus fort que la haine. Contrairement à ce que l'on peut penser c'est le père de la jeune fille, et non la mère, qui ne peut pas se résoudre à tuer sa fille pour laver l'honneur. Certes il lui a suggéré de se suicider en avalant du poison mais la tuer comme l'a demandé le conseil du village lui ai impossible.

C'est donc dans un village du Tamil Nadu que nous transporte Imayam à travers cette courte histoire. Les descriptions de l'auteur sont si précis, que nous nous imaginons y être. De plus, il n'a pas hésité à reprendre le langage familier parlé dans les villages en donnant, tour à tour, la parole aux villageois qui ont un avis bien tranché sur les façons de résoudre ce "problème". Cette novella, même si elle parle d'un sujet toujours brûlant d'actualité, où la violence et la haine sont omniprésentes, offre une lecture très intéressante. C'est un vrai petit bijou et une belle introduction à la littérature tamoule.


----------

"Le Père"

Imayan

Roman traduit du tamoul par Léticia Ibanez

Editions Caractères - Collection : Imaginaires du Monde - Date de parution : 14 décembre 2020 - ISBN : 978-2854466447 - 78 pages - Prix éditeur : 13 €