top of page

"Maï, une femme effacée" de Geetanjali Shree


C'est justement ce qui nous irritait depuis l'enfance. "Parle, Maman, bats-toi, sois ce que tu veux être." Maman n'était pas de ce genre. Ombre penchée, muette, timorée, qui ne se mettait en mouvement que pour satisfaire aux désirs des autres. Nous étions pleins de compassion. Et aussi exaspérés. [Page 169]



"Maï, une femme effacée" est l'histoire d'une mère de famille racontée par sa fille Sounaina. L'aînée y partage - sans réelle chronologie - la vie à la maison et son enfance aux côtés de Soubodh, son petit frère, de deux ans son cadet. Elle avoue, que dès leur plus jeune âge, ils prirent conscience de la vie de servitude de leur mère, dominée par un mari volage, des beaux-parents au caractère fort. Grand Père, qui aimait être adulé et être pris pour un seigneur, lui qui avait été un grand propriétaire terrien avant de donner ses terres à son fils, l'enfant-roi. Grand-mère, une femme odieuse avec sa belle-fille, toujours à râler et ayant oublier comme la vie lui avait été difficile après son mariage, elle qui a souffert de violence conjugale.

Durant son enfance, Sounaina espérait que sa mère face front à ces odieuses personnes car elle pouvait être une autre femme, mais uniquement derrière la porte de la chambre qu'elle partageait avec ses enfants. A huit-clos, ils formèrent un trio. Leur mère aimait ces moments de complicité avec ses enfants, leur raconter des histoires et n'hésitait pas à leur échafauder des plans d'évasion pour qu'ils puissent jouir d'un peu de liberté.

"Maï, une femme effacée" est sans doute l'histoire de nombreuses femmes qui sacrifie leur vie pour le bien-être de leur famille pour ainsi suivre la tradition. C'est également l'histoire d'une famille traditionnelle qui mue au fil des années, pas uniquement à travers la nouvelle génération qui quitte la maison pour vivre ailleurs, parfois au-delà des océans, mais qui fait venir un nouveau mode de vie dans leur foyer avant que le foyer se meurt.

Malheureusement, "Maï, une femme effacée" n'est pas le meilleur roman de Geetanjali Shree, même si il a été traduit dans de nombreuses langues dont le serbe et le coréen, car l'histoire contée par Sounaina est monocorde et manque de rebondissements. Pour autant, ce roman sur la vie peut se révéler intéressant, et certains lecteurs peuvent y trouver une certaine profondeur. "Maï, une femme effacée" permet d'y découvrir l'un des premiers romans de l'autrice en langue hindi Geetanjali Shree.





 

Maï, une femme effacée

De Geetanjali Shree

Titre original : Mâî

Roman shortlisted pour le Crossword Book Award en 2001

Traduit du hindi par Annie Montaut

Éditions Infolio - Collection : Littérature de l'Inde - Date de parution : 13 novembre 2008

ISBN : 978-2884748995 - 248 pages - Prix éditeur : 20,30 €





Comments


bottom of page