top of page

"Une chambre à l'hôtel Mékong" de Jean-Luc Coatalem 🇫🇷


C'est cette sensation que je recherche dan le silence de Guimet, parmi la cohorte de roi, la clique des singes et les volées de dragons. Comme si les musées, à l'instar de oeuvres littéraires, pouvaient nou affranchir de cette frontière entre les vivans et les morts, le réel et le rêve, ce qui fut et ce qui est. Et où, cette foi encore, à mon tour, je ne serais plus enseveli sous le poids des jours mais, au contraire, réaffûté, redevenu neuf et vibratile. Sensible au crépitement. Présent. [Page 126]




Pour comprendre "Une chambre à l'hôtel Mékong" de Jean-Luc Coatalem, journaliste, rédacteur en chef adjoint de magazines (Géo, Grands Reportages ...) et écrivain-voyageur aux multiples romans et distinctions, il est sans doute nécessaire de comprendre les motivations de l'écriture de ce récit.


"Une chambre à l'hôtel Mékong" a été écrit par Jean-Luc Coatalem dans le cadre d'une collaboration avec son éditeur Stock pour sa collection "Ma nuit au musée". "Ma nuit au musée" est une collection littéraire publiée qui propose à des auteurs de passer une nuit seule dans un musée pour y puiser de l'inspiration en parcourant librement les œuvres d'art, en vue de créer un futur ouvrage.



Partir, n'est-ce pas céder d'abord à l'imagination ? [Page 73]

Jean-Luc Coatalem a choisi le musée des arts asiatiques Guimet pour vivre cette expérience, pour se "constitué prisonnier pour une nuit" (page 100) ; être enfermé à sa demande pour écrire, vo-lon-taire, comme il le souligne en page 133. Ce choix n'est pas fait au hasard, car avec le musée, l'auteur a des liens étroits. En effet, le musée est un lieu où aimait se rendre son grand-père maternel qui vivait en région parisienne et l'Asie fut une partie du globe où vécurent un temps son grand-père et son oncle paternel. Pour l'auteur, l'Asie est le continent où il fit de nombreux voyages tout au long de sa vie, tout comme d'autres auteurs qu'il mentionne au fil de son récit.

Vous l'avez sans doute deviner, dans "Une chambre à l'hôtel Mékong", l'auteur, en plus de nous raconter les raisons de ce choix pour cette nuit insolite, en profite pour raconter ses souvenirs d'ici et d'ailleurs. Passer une nuit dans un musée demande une certaine organisation et un certain cran, comme nous le découvrons lorsqu'il nous raconte cette nuit dans ce lieu qui paraît encore plus irréel qu'en pleine journée.

 "Une chambre à l'hôtel Mékong", pour ceux et celles qui n'ont jamais lu les écrits de Jean-Luc Coatalem, offre à découvrir sa plume. C'est un récit qui permet d'apprendre la connexion que cet homme a avec l'Asie ainsi que d'autres imminents personnages. Mais pour ceux qui rêve de vivre son expérience de passer la nuit dans un musée, cela permet d'entre-apercevoir l'effet que ce lieu offre les lumières éteintes alors qu'il est déjà très chargé en plein jour.

Avec une dose supplémentaire d'imagination, en commençant la lecture de ce récit, on pourrait effleurer l'idée qu'à son tour l'auteur a vécu, en cette nuit de mois de juillet, certains aspects magiques qu'il s'est passé dans le film "La Nuit au Musée" réalisé par par Shawn Levy avec Ben Stiller, Carla Gugino, Robin Williams notamment. Malheureusement, l'expérience de cette nuit dans le musée Guimet aurait mériter de nous faire plus vibrer et certains lecteurs peuvent rester sur leur fin.


A mon tour, je voulais repartir, et Guimet, me serait raccourci pour retrouver la condensation et la trace de mes ardents, mes hâtifs. Qu'importe que la vérité soit plus complexe. Eux avaient rejoint ces pays tricotés avec du trouble et des songes. Mon imagination est née là-bas, à leurs côtés, en Orien ... [Page 82]

---------------------------

"Une chambre à l'hôtel Mékong"

De Jean-Luc Coatalem

Editions Stock - Collection : "Ma nuit au musée" - Date de parution : 11 octobre 2023 - ISBN : 978-2234092563 - 150 pages - Prix éditeur : 18,90 €

1 commento


cet ouvrage est bourré de fautes d'orthographes et de syntaxe.

Mi piace
bottom of page