• Véronique Schauinger

Haveli de Suzanne Fisher Staples

Shabanu est maintenant marié à Rahim-Sahib et est né de leur union une fille âgée maintenant de 5 ans du nom de Mumtaz. Shabanu à quitter son désert à l'âge d'environ 13 ans et vit désormais dans la belle grande demeure de son époux près du village d'Okurabad. Rahim-Sahib est un politicier de 42 ans son ainé et partage sa vie entre Okurabad et Lahore la capitale où il séjourne dans l'haveli familiale, il est un grand propriétaire terrien. C'est lui qui a négocié une trêve entre son méchant frère Nazim Mohammad qui voulait épouser Phulan (la soeur de Shabanu) et qui a tué son fiancé Hamir. Il a ainsi permis à la famille de Shabanu et la nouvelle belle-famille de Phulan (qui épousa du coup le frère de Hamir : Murad qui était destiné à la base à Shabanu) à une sécurité totale. En contre-partie, Rahim-Sahib ayant craqué sur Shabanu à Yazman où a été réglé le litige, exigeait vouloir épouser Shabanu dès qu'elle était puberte. Shabanu et Mumtaz habitent dans une pièce contiguë près des écuries de la maison d'Okurabad, car trop d'incidents avec les trois premières épouses de son mari, leurs enfants et même les serviteurs se sont produits. Shabanu étant une paysanne et fille du désert était mise à l'écart et était le centre des moqueries de la maisonnée menée par la première épouse de Rahim : Amina et sa fille Leyla. Shabanu avec sa fille vivait simplement, la petite aimait jouer dehors, grimper aux arbres, donner à manger aux animaux, ... Et sa mère était à son aise malgré le manque de confort : pas d'eau courante, d'électricité et sans présence de serviteurs à part la vieille Zenat. Elle avait une seule grande amie Zabo sa nièce, qui était la fille unique du méchant frère Nazim Mohammad et pour une question de terre cette dernière devait épouser l'unique fils de Rahim : Ahmed qui avait des problèmes psychiques : "un pauvre agité de frémissement". Shabanu proposa à Rahim de la ramener elle, Mumtaz et Zabo à l'haveli de Lahore où vécut seule sa belle-soeur veuve Selma, prétextant des courses à faire pour la dot de mariage de Zabo et se rapprocher ainsi de lui. Shabanu savait aussi que l'haveli était détestée par les autres épouses de Rahim qui lors de leurs passages à Lahore, habitaient dans des bungalows modernes, ce qui pouvait lui donné à elle, sa fille et son amie, une vie paisible auprès de Selma. Bien évidement Rahim ne pouvait rien refuser à sa dernière épouse et ils s'installèrent à Lahore toutes les 3 et firent la connaissance de Selma, qui a tout de suite été aux petits soins avec Shabanu, Mumtaz et Zabo, d'autant qu'elle n'eut aucune descendance. Les premiers moments à l'haveli, la frustraction de Zabo a épousé Ahmed se fit resentir, s'ensuivirent ensuite des plans afin qu'elle puisse retrouver assez rapidement une liberté notamment grâce à une tante de Shabanu et Zabo repris confiance en elle grâce au soutien de son amie. Il était convenu à la base, qu'elles durent rester habiter à l'haveli jusqu'au jour du mariage de Leyla et de son cousin Omar au sein même de ce lieu, mais des changements bouleversa ces projets. Omar était le bras droit de son oncle, il venait de rentrer des Etats-Unis où il fit des études, et aimait regarder Shabanu, qui elle n'était pas insensible à son charme. Grâce à Omar, et suite à la recherche de l'animal de compagnie de Mumtaz qui avait disparut, Shabanu trouva un pavillon dans l'haveli où personne ne s'était jamais rendu depuis des années depuis l'assassinat du mari de Selma. Elle le considéra tout de suite comme l'endroit secret où elle pu se retirer discrètement, pour réfléchir, coudre, penser, ... Mais d'un jour un l'autre le projet de mariage de Zabo et Ahmed qui devait se déroulait deux semaines après celui de Leyla et Omar dans plus d'un mois, changea de date et devait se dérouler dans les jours qui suivirent ordre du père de Zabo à Okurabad. Toutes les femmes quittèrent l'haveli même Selma pour se rendre à Okurabad pour les préparatifs. Mais qu'est ce que mijotait Nazim Mohammad, ça personne ne le savait encore, mais ce mariage sera comme un tourbillon dans la vie de chacun. J'ai choisi de lire le livre "Haveli" car il est la suite de "Shabanu" que j'avais déjà bien aimé. Le roman "Haveli" est je trouve beaucoup moins "fleur bleue" que le premier, on y trouve la méchanceté gratuite, la violence entre personnes de même famille, des complots à ne plus en finir, la bataille quotidienne de Shabanu pour survivre auprès de gens si mesquins, ... Mais on y trouve aussi l'amour et la protection d'une jeune mère pour son unique enfant et sa volonté de lui donner un bon futur, l'amour de Rahim pour sa jeune épouse, les liens familiaux qui unissent toujours Shabanu à la sienne, deux petits béguins, la profonde amitié entre Shabanu et Zabo ... Je conseille vraiment sa lecture, bien évidement, même si l'auteure a rappelé quelques faits qui se sont déroulés lors du premier roman, lisez d'abord "Shabanu" pour connaître le personnage et le milieu pù elle a grandit et l'atmosphère des nomades du désert et ensuite continuez par "Haveli" qui est une suite que j'ai vraiment adoré et que j'ai trouvé largement plus palpitant que le premier roman. Et pour ceux qui en veulent encore, comme moi (pour dire comme j'étais conquise), il existe encore une suite sous le nom "La fille de Shabanu" que je vais commencer à lire en espérant ne pas être déçu (le résumé est complètement décallé à rapport aux deux premiers). Donc à suivre sur ce blog.

Comme il prenait de la vitesse, deux hommes se penchèrent aux fenêtres de la première voiture, hurlant pour faire dégager la route des chèvres, des moutons et du bétail qu'on emmenait au marché. Les deux véhicules fonçaient dans un verdoyant tunnel formé par les acacias plantés quatre-vingts ans plus tôt par les colonisateurs anglais. Ils dépassaient les carrioles tirées par des chameaux et chargées de bois de construction, les chars à boeufs à roues en bois, les autobus bondés qui ressemblaient à de monstrueux scarabées luminescents, avec des charpois et des cageots pleins de poulets sur le toit. Des hommes debout sous les arbres regardaient passer la voiture officielle, avec les emblèmes verts de l'assemblée provinciale au-dessus des plaques d'immatriculation et des gens importants à l'intérieur.
Page 35

Rahim avait envoyé Zabo auprès de Shabanu afin de l'aider à se préparer pour son mariage. Les deux filles avaient à peine treize ans. Shabanu avait fait ses adieux au désert ; au ciel nocturne bleu saphir étincelant d'étoiles plus nombreuses que partout ailleurs sur terre ; aux reflets frémissants du soleil sur la toba, près de laquelle elle avait passé toute son enfance ; aux fleurs rouges qui ressemblent à des têtes de chien et craquaient entre ses dents, à la fois poivrées et sucrées ; et enfin aux chameaux dont la grâce et le courage lui avaient apporté tant de bonheur.
Page 29

Il leur fit franchir la première porte à gauche de celle qui donnait sur l'escalier. Une pièce obscure éclairée seulement par une petite fenêtre carrée, protégée par un écran treillissé juste sous l'avant-toit, était remplie jusqu'au plafond de masses poussiéreuses qui devaient être des meubles empilés les uns sur les autres. Leurs yeux s'accoutumèrent à la lumière qui passait par la porte ouverte et éclairait des fresques murales inspirées par les cours des seigneurs mongols. On y voyait des corps de femmes et d'hommes enlacés parmi des coussins mouchetés d'or. Shabanu étouffa une exclamation devant la perfection de ces peintures et un son ténu naquit au fond de sa gorge.
page 194

Haveli

De Suzanne Fisher Staples

Titre original : Haveli

Traduction en français par Jeanine Hérisson

Editions Folio Junior / Gallimard Jeunesse (2003) - 363 pages - Prix neuf : 8 € - achat en occasion 3 €

ISBN : 978-2070557899

0 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi