DIWALI, la fête des lumières

DIWALI, la fête des lumières

Qu'est-ce Diwali ?

Divālī, est également appelé Dīpāvalī ou Diwali selon les régions de l'Inde. En hindi, cela s'écrit दीपावली pour Dīpāvalī ou दिवाली pour Divālī. Divālī est la forme contractée de Dīpāvalī (ou Deepavali en translittération anglaise) tiré du sanskrit "dīpa avali" qui se traduirait par "rangée de lampes". Diwali est une importante fête en Inde et dans le monde indien, pour remercier les bienfaits des Dieux.

Diwali est, dans certaines régions de l’Inde, considéré comme le nouvel an hindou. Il est fêté le jour de la nouvelle lune de novembre, aussi appelé "lune noire" puisque la lune est invisible. C’est une fête très populaire en Inde où l’on s’offre des cadeaux, on y allume un grand nombre de lampes et de guirlandes et l'on y fait de nombreux feux d’artifice. Diwali est une joyeuse et belle fête.

Diwali est la fête hindoue des lumières, qui se tient le dernier jour du calendrier Vikram, l’un des calendriers hindous utilisés en Inde du Nord. Le jour suivant est le début de la nouvelle année appelée par les Indiens du Nord "Annakut". En Inde du Sud, Divâlî ne coïncide pas avec le début de la nouvelle année, car un autre calendrier est utilisé, le calendrier Shalivahana. Dans l’Inde du Sud, la nouvelle année est appelée Ugadi, elle est célébrée en Andhra Pradesh et au Karnataka. Vishu et Varsha Pirappu sont célébrés respectivement au Kerala et au Tamil Nadu. Ces trois fêtes sont habituellement célébrées au printemps, en général en mars ou avril.

Diwali est connue comme le «festival des lumières» parce que les maisons, les commerces et les lieux publics sont décorées avec des petites lampes à huile en terre cuite appelé diyas mais également de nombreuses guirlandes lumineuses. Pendant Dipavali (ou Diwali), le festival des lumières du mois d’aïpassi en octobre/novembre, on célèbre la victoire du bien sur le mal, la puissance qu’a la lumière sur les ténèbres, la connaissance. Dipavali marque aussi le début de la nouvelle année financière, où on peut faire le bilan de l’année qui se termine, ou les budgets de celle qui commence.

Pour beaucoup d'Indiens cette période de cinq jours du festival honore Lakshmi, la déesse de la richesse mais aussi Ganesh, le dieu de l'éducation, de la connaissance, de la sagesse et de la richesse. Elle est glorifiée lors de la puja Panchayatana.

Les lampes sont allumées pour aider à Lakshmi, la déesse de la richesse, à trouver son chemin dans les maisons des gens.

Ils célèbrent aussi l'une des légendes de Diwali, qui raconte le retour de Rama et de Sita au royaume de Rama, après quatorze ans d'exil.

En Inde et partout dans le monde où vivent des indiens, le festival est un temps pour :

  • "nettoyage de printemps" de la maison, réparations, coup de peinture à la maison

  • porter de nouveaux vêtements

  • échanger des cadeaux et la préparation des repas festifs

  • la décoration des bâtiments avec des lumières

  • de nombreux feux d'artifices pour célébrer Divali

C’est le moment de l’année où chacun rend sa maison ou sa boutique la plus accueillante possible.

En Inde, la traditions voudraient que les hindous laissent les fenêtres et les portes de leurs maisons ouvertes afin que Lakshmi puisse y rentrer. La maison doit être belle et illuminée afin que Lakshmi, la déesse de la fortune, y entre. Lakshmi n’aime pas l’obscurité car c’est une déesse de joie et de lumière. Le point culminant de la fête est la nuit de la nouvelle lune, considérée comme la plus sombre de l’année. Partout, flammes et guirlandes scintillent, les dévots font la tournée des temples pour offrir des lampes et manifester leur joie. Des "rangoli" (motifs) sont dessinés et le sujet le plus populaire est la fleur de lotus.

Un rangoli est une peinture faite au sol en Asie ou sur les murs (aussi appelé ariponas, alponas et kolams selon les régions) et c'est un art dans leur vie quotidienne.

Dans les villages partout en Inde, les femmes font ces dessins chaque matin sur les seuils ou dans la cour des maisons ou sur le sol des temples. Elles tracent d'abord en pointillé le contour des motifs géométriques à l'aide d'une poudre blanche, habituellement de calcaire ou de riz, avant de le remplir d'une série de lignes. En plus d'ajouter une touche d'art et de beauté au foyer ou au temple, les rangolis protègent la famille ou le lieu sacré.

Les dessins sont transmis de mère en fille. Certains sont très anciens et remontent à des centaines d'années. Des formes florales ou animales s'ajoutent parfois aux peintures, mais le pouvoir des rangolis tient à sa géométrie complexe. Il existe également différents styles de dessins qui varient d'une région à l'autre du pays.

Le sens de Diwali

Le festival célèbre la victoire du bien sur le mal, la lumière sur les ténèbres et la connaissance sur l'ignorance. Les légendes différent selon les différentes parties de l'Inde:

  • Dans le nord de l'Inde et d'ailleurs, Diwali célèbre le retour de Rama à partir de quatorze ans d'exil à Ayodhya après la défaite de Ravana et son couronnement comme roi ;

  • Dans le Gujarat, le festival rend hommage à Lakshmi, la déesse de la richesse ;

  • Au Népal, Diwali commémore la victoire de Krishna sur le démon roi Narakaasura ;

  • Au Bengale, il est associé à la déesse Kali.

Les 5 jours de Diwali

Le premier jour de Diwali est appelé "Dhanvantari Triodasi" ou "Dhanwantari Triodasi" ou "Theras Dhan". Dhanterassi, ou « treizième des richesses » tombe le treizième jour de la quinzaine sombre du mois de kartik. C'est la célébration de la naissance de déesse Lakshmi. C'est ce jour où l'on achète des objets pour la maison comme par exemple de la vaisselle neuve, histoire d'inviter la richesse à résider chez soit. Cela permet de favoriser la présence de Lakshmi, la paix et la prospérité dans le domicile.

Le deuxième jour de Diwali est appelé "Narak Chaturdasi"  ou "Choti Diwali" (petit Diwali). C'est le jour lunaire quatorzième (thithi) de la Quinzaine sombre du mois de Kartik et la veille de Diwali. En ce jour, le Seigneur Krishna a détruit le Narakasur de démon et a fait le monde libre de toute crainte. C'est une journée consacrée à la prière et à la vénération de Kali. Les lampes à huile sont allumées et on y fait exploser des pétards et des feux d'artifice.

Le troisième jour de Diwali est la date officielle de Diwali (en 2013 : c'était le 3 novembre). Il est appelé "Badi Diwali". C'est le jour où est célébré des pujas en l'honneur de Lakshmi et de Ganesh. C'est un jour de jeûne et est offert à Ganesh et Lakshmi des guirlandes de fleurs et des petites lumières. Les femmes cuisinent de somptueux plats et allument les lampes. C'est le moment de porter de nouveaux vêtements (surtout le traditionnel kurta) et de se promener dans les rues pour admirer les illuminations.

C'est une journée faste pour les inaugurations de nouveaux commerces. On y inaugure également un nouveau livre de compte sur lequel la Svastika est tracée avec la poudre de Sindour, on y offre des douceurs aux clients et aux voisins.

C’est aussi un jour où on ne refuse pas l’aumône : nombreux sont les pauvres qui viennent tendre la main au boutiquiers et repartent avec une pièce, un fruit ou un gâteau. Certains commerçants passent la nuit dans leur boutique à jouer aux dès. La déesse Parvati a joué aux dès cette nuit là avec Shiva, et l’on dit que celui qui joue cette nuit-là aura une année prospère.

Le quatrième jour de Diwali, est appelé "Annakut" (montagne de grains). C'est la journée la plus festive de Diwali. Ce jour célèbre l'abondance : offrandes aux Dieux et dons aux pauvres. Toute la journée, dans la rue, il y a de la musique, des chants, des pétards et des feux d'artifice. Le soir, les femmes portent leur plus beau sari et se parent de leurs plus beaux bijoux pour un grand repas familiale.

Le cinquième jour de Diwali est appelé "Bhratri Dooj". Il s'agit d'une journée consacrée aux frères et aux sœurs.

L'histoire de Diwali

La fête de Divali est issue des nombreuses histoires provenant des différentes épopées hindoues. Le thème central de toutes les légendes est basé sur de la victoire du bien sur le mal.

L'histoire de Rama et de Sita

Le Seigneur Rama était un grand roi guerrier qui a été exilé par son père Dashratha, le roi d'Ayodhya, avec sa femme Sita et son jeune frère Lakshman, sur l'insistance de son épouse. Seigneur Rama retourna dans son royaume d'Ayodhya, après 14 ans d'exil, dans lequel il a mis fin au démon Ravana de Lanka, qui avait kidnappé Sita, et qui était un très méchant. Après cette victoire du Bien sur le Mal, Rama retourna à Ayodhya. En Ayodhya, les gens les ont accueillis par des rangées d'éclairage des lampes en terre cuite. Donc, c'est une occasion en l'honneur de la victoire de Rama sur Ravana, de la victoire de la vérité sur le mal.

L'histoire du roi Bali et l'avatar de Krishna Vamana (le nain)

L'autre histoire concerne roi Bali, qui était un souverain généreux. Mais il était aussi très ambitieux. Des dieux dont Vishnu a plaidé pour vérifier la puissance du roi Bali. Vishnu est venu sur terre sous la forme d'un Vamana (nain) habillé comme prêtre. Le nain approche du roi Bali et lui dit: «Vous êtes la règle des trois mondes : La Terre, le monde au-dessus du ciel et de l'enfer. Voulez-vous me donner l'espace que je pourrais couvrir avec trois enjambées?" ce qui fit rire le Roi Bali. Sûrement un nain n'a pas pu couvrir beaucoup de terrain, pensa le roi, qui a accepté la demande de nain. À ce stade, le nain changé en Vishnu et ses trois enjambées couvert la terre, le ciel et l'univers entier ! Le Roi Bali a été envoyé aux enfers. Dans le cadre des célébrations du Diwali, certains hindous se rappelent l'histoire du roi Bali. La défaite de Narkasur par le Seigneur Krishna


Dans la mythologie hindoue, Narakasura est le fils asura (êtres condamnés à vivre dans les régions inférieures dans les palais construits par leur architecte Maya (illusion), leurs tentatives pour conquérir les cieux est dans l'hindouisme classique à l'origine de la tension permanente qui les oppose aux dieux ; esprits opposés aux deva) de la déesse de la terre Bhudevi (Bhumi) et de Vishnu dans son avatar Vahara, le sanglier.

Selon d'autres sources, il est le fils de l'asura Hiranyaksha. On dit de lui qu'il établit le royaume de Pragjyotisha en Assam, après avoir renversé le dernier des rois Danava, Ghatakasura. Il avait été prédit qu'il serait détruit par l'un des avatars tardifs de Vishnu. Sa mère, la terre, essaya d'obtenir de Vishnu le don de longue vie pour son fils, et aussi qu'il serait tout puissant. Vishnu lui accorda ces dons sans réticence. Narakasura fut finalement détruit par Krishna (un avatar de Vishnu), à la demande des dieux, excédés par les méfaits accomplis par Narakasura comme son habitude de kidnapper les belles jeunes femmes et de les forcer à vivre avec lui. Ce sont les cris de ces femmes pour être sauver qui ont été entendu par Vishnu. Tout d'abord, Krishna a dû se battre avec un monstre à cinq têtes qui gardait la maison du démon. Narkasura espère que sa mort pourrait apporter de la joie aux autres. Krishna droit à sa demande et les femmes ont été libérés. Pour les hindous, cette histoire est un rappel que le bien peut encore sortir du mal. Krishna et la montagne

Dans le village de Gokula, il y a de nombreuses années, les gens priaient le Dieu Indra. Ils croyaient que Indra a envoyé les pluies, qui ont fait leurs cultures, se développer. Mais Krishna est venu et a convaincu les gens à adorer le Govardhana, parce que la montagne et la terre autour d'elle étaient fertiles. Cela n'a pas plu à Indra. Il envoya des tonnerres et de la pluie torrentielle sur le village. Les gens criaient à Krishna pour vous aider. Krishna a sauvé les villageois en soulevant le sommet de la montagne avec son doigt. L'offre de la nourriture à Dieu en ce jour de Diwali est un rappel pour les hindous de l'importance de la nourriture et il y a un temps pour être reconnaissants à Dieu pour la générosité de la nature.

Diwali chez les Sikhs

Guru Hargobind - miniature milieu du 19e siècle du Pendjab Pour les sikhs, Diwali est particulièrement importante, car elle célèbre la sortie de prison de leur sixième gourou, Guru Hargobind, et 52 autres princes avec lui, en 1619. La tradition sikh veut que l'empereur Jahangir avait emprisonné Guru Hargobind et 52 princes. Guru Hargobind a demandé à l'empereur afin qu'il le libère, mais il demanda aussi que les princes soient également libérés aussi. L'empereur a accepté, mais à une condition que seul ceux qui pouvaient se tenir au manteau du Guru seraient autorisés à quitter la prison. Ceci afin de limiter le nombre de détenus qui pourraient laisser. Cependant, Guru Hargobind avait un manteau fait avec 52 bouts de ficelle et de sorte que chaque prince a pu tenir sur une seule chaîne et quitter la prison. En plus de Nagar Keertan (une procession de rue) et une Paath Akhand (une lecture continue de Guru Granth Sahib), Diwali est célébrée par un feu d'artifice impressionnant. Le Temple d'Or d'Armistar ainsi que l'ensemble du complexe est décoré avec des milliers de lumières, créant un éclat sublime au lieu. Diwali chez les Jaïns Diwali a également une signification très particulière dans le jaïnisme En mémoire de l’établissement du dharma par le seigneur Mahavira . C'est-à-dire qu'il marque l'anniversaire du nirvana de Mahavira, le dernier de la Jain Tirthankar de cette époque.A cette occasion est célébré le Nirvana de Mahavira qui a créé le dharma jaïn. Mahavira est né comme Vardhamana sur Chaitra 13 Shukla dans le clan Nata à khattiya-Kundapura, près de Vaishali. Il a obtenu Kevala Gyana sur Vishakha Shukla 10 au village Jambhraka sur les rives du fleuve Rijukula à l'âge de 42 ans. La fin de Diwali marque le nouvel an jaïn. Comment se passe Diwali ailleurs que dans le Nord de l'Inde ? En Inde du sud, naraka chaturdashii est le jour principal de la célébration, marqué par de nombreux pétards explosant à l’aube, alors que l’Inde du nord célèbre l’événement le soir de Amavasya avec Lakshmi Puja suivi de l’illumination de lampes à huile dans et autour des maisons et là encore des pétards. Au Royaume-Uni, les jours célébrés sont Narak Chatrudashi, Lakshmi-Puja, le jour le plus important, Padwa ou Varshapratipanda et Bhaiya Dooj ou la cérémonie Teeka. À la Trinité-et-Tobago, le jour de Divâlî est chômé et les célébrations précèdent le jour de Lakshmi-Puja pendant presque deux semaines. À la Réunion, la communauté indienne célèbre depuis plusieurs années le « Dipavali » avec des défilés de chars fleuris, principalement dans la partie nord-est de l’ile, sans rapport toutefois avec les véritables traditions des festivités du sous-continent indien. L’inspiration est plutôt d’ordre identitaire et surtout culturelle que réellement religieuse. Ainsi, cette fête est l’occasion de nombreuses manifestations : concerts et spectacles, conférences, expositions... L’île célèbre aussi, autour du 14 avril, le Nouvel An tamoul. LES SUCRERIES DE DIWALI Moti choor Ladoo : Le plus célèbre de tous les bonbons indiens. De forme ronde, faite de besam (farine de pois chiches) et composé de cardamome, pistache et une touche de safran. Jalebi : Un autre renommé mithai indienne. Jalebis sont faits de sucre et besam. Kajukatli : Un diamant en forme de doux sucré à base de noix de cajou fraîchement moulu. Kaju-Pista Rolls : Un mélange de noix de cajou et pistache. Peda : Une préparation spéciale de recette mithai à partir de farine Khoa. Pedas Agra sont délicieux. Barfi : Toutes les occasions spéciales le justifient. Bonbons en forme quadrangulaire à base de lait entier et de sucre, garni de cardamome et de pistaches. Gulab Jamun : A mithai circulaire savoureux qui est connu par tous. Sur le haut de la liste de tout le monde. Livré dans un sirop sucré. Il est le choix préféré de nombreux Indiens. Badam Barfi : De forme carrée Barfi à base d'amandes et garni de graines de cardamome et pistaches. Ras Malai : Médaillons de fromage blanc servi dans une sauce à la crème sucrée. Rasgulla: Ces sucreries rondes viennent de Bengale. Ils sont de couleur blanche et sont immergés dans un sirop. HAPPY DIWALI !!!!

0 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi