"Les Nehru-Gandhi" de Renée-Paule Guillot

Motilal et Jawaharlal prennent la tête de cet étrange cortège. Viennent ensuite Jawaharlal et Indira, auxquels succèdent Indira et Sonjay, puis Indira et Rajiv. Ce dernier reste un temps solitaire sur le théâtre de sa propre histoire. Une exception ! Le jeu de miroirs reprend. Il se perpétue de nos jours par Sonia et son fils Rahul. Tous habités de la même flamme, du même amour de liberté. Tous animés par la même étincelle.
page 42

L'histoire des "Nehru-Gandhi" est l'épine dorsale de l'histoire indienne contemporaine, une dynastie au confins de la légende et du mythe.

Les Nehru-Gandhi sont une famille de la caste des brahmanes originaires du Cachemire. C'est au XVIIème siècle qu'un de leurs ancêtres, un des plus grands érudits de cette époque, s'est installé à la demande d'un empereur à Delhi. Pour autant les Nehru mèneront une vie austère durant presque deux siècles. C'est un certain Nandlal (1845-1887), un nom oublié de l'histoire, qui a, en quelque sorte, posé la première pierre de l'édifice qui deviendra par la suite cette grande dynastie. Fils d'un employé du gouvernement britannique, Nandlal a été le Diwan de Khetri dans le Rajasthan (région du Shekhawati) durant dix ans. Grâce à sa grande ambition, il a ensuite suivi des études de droit à Agra, est devenu avocat à Allahabad et fut l'un des premiers Indiens admis à la Haute Cour britannique. Depuis la mort de son père des années plus tôt, il est devenu l'homme de la famille et prendra en charge le bien-être de chacun. Parmi eux, son petit frère Motilal (1861–1931) de 16 ans son cadet qui est né cinq mois après la brusque disparition du père. Grâce à la détermination de Nandlal, Motilal suivra une très bonne éducation et deviendra à son tour avocat. Mais à peine qu'ils commenceront à coopérer ensemble dans le cabinet familial, que Nandlal décède. Motilal gardera le cabinet qu'il fera prospérer. Il se mariera deux fois et deviendra enfin père d'un garçon très désiré (à cette époque peu d'enfants survécurent après la naissance). Ce garçon n'est d'autre que Jawaharlal (1889–1964), que l'on connaît sous le diminutif de Nehru, le Grand Nehru qui marquera à jamais l'histoire indienne. Motilal fera en sorte que Nehru ait à son tour la meilleure éducation qu'il soit. Lors de sa jeunesse indienne, Jawaharlal sera entouré d'intellectuels, précepteur et régisseur soigneusement choisi par Motilal. Ensuite Jawaharlal rejoindra l'Angleterre pour devenir comme son père avocat mais sans grande motivation pour ce métier. C'est en 1912 que Nehru reviendra en Inde, prendra un poste d'avocat aux côtés de son père, se mariera et donnera la vie à une fille, son unique enfant, Indira (1917-1984). Son père Motilal rejoindra le Parti du Congrès et deviendra même à deux reprises Président du Congrès (1919-1920 et 1928-1929), le premier d'une longue lignée. Motilal est le patriarche fondateur de la dynastie Nehru-Gandhi, et non Jawaharlal comme l'on peut croire à tort en Occident. Nehru tout d'abord et ensuite Motilal rencontreront Gandhi (1869-1948), et avec lui ils engageront nombre d'actions, même s'ils ne sont pas toujours d'accord sur les mêmes choses et n'ont pas toujours les mêmes convictions. Gandhi restera intimement lié à la famille Nehru et la famille Nehru à Gandhi, Gandhi sera le frère spirituel de Motilal et le père spirituel de Jawaharlal. L'avenir de chacun sera intimement lié à celui des autres. Ils vivront les mêmes rêves, les mêmes manifestations, les mêmes peines, les mêmes actions, la même case "prison" dont ils deviendront des hôtes permanents, ... Un combat quotidien mais qui au final mènera l'Inde à l'Indépendance. Pourtant au début, la coalition entre Motilal et Gandhi n'était pas envisageable, car Motilal était un grand ami des anglais. L'influence que donnera Gandhi à Jawaharial, fera tout doucement changer l'avis de Motilal sur sa vision des anglais, comme par exemple lors des sessions au tribunal où il observera que souvent les Indiens sont victimes d'injustices et les spoliations. Le massacre orchestré par les anglais envers les Indiens à Amritsar le 13 avril 1919, positionnera définitivement Motilal au côté de Gandhi. Motilal ne connaîtra pourtant pas l'Indépendance de l'Inde car il mourra en 1931. C'est son fils Jawaharial, Nehru, qui continuera pleinement cette action, entre prison et maladie, manifestations et voyage à travers le monde. Il ne verra pas sa fille unique Indira grandir et ne profitera pas des derniers instants de la vie de sa fragile épouse. Indira comme son père souffrira de cette absence, de cette vie de famille sacrifiée et de leur manque de relations malgré les nombreuses lettres que Nehru écrira en prison à sa fille. Mais les efforts et les sacrifices seront récompensés, aux côtés du Bapu Gandhi et de Lord Mountbatten, le dernier vice-roi des Indes, Nehru conduira l'Inde à l'Indépendance le 15 août 1947. Gandhi et Nehru ne seront pas satisfaits car une partie du territoire deviendra le Pakistan. A l'Indépendance s'ajoutera la Partition qui a provoqué l'un des plus grands déplacements de population de l'histoire, presque treize millions de personnes ont rejoint l'un ou l'autre des nouveaux pays, occasionnant de quelques centaines de milliers à un million de morts. À l'Indépendance, Nehru deviendra le Premier Ministre de l'Inde, Gandhi se fera assassiner peu de temps après par un fanatique hindou, Indira se mariera avec Feroze Gandhi (1912-1960 sans aucun lien de parenté avec le Mahatma Ghandi), naîtra ses fils Rajiv (1944-1991) et Sonjay (ou Sanjay 1946-1980), Nehru mourra, Indira deviendra à son tour Premier Ministre de l'Inde, les princes indiens seront destitués, l'état d'urgence sera décrété en Inde, des campagnes de vasectomie auront lieu, Indira sera déchue, Sonjay son fils cadet se tuera dans un accident aérien, Indira redeviendra Premier Ministre, une opération militaire au Temple d'Or d'Amritsar deviendra un bain de sang, Indira sera assassinée, Rahul deviendra Premier Ministre, l'épouse de Sonjay se mettra à la politique, Rahul sera déchu, Rahul sera assassiné lors de sa campagne, Sonia s'engage à son tour dans la politique, ... Ce ne sont que les grandes lignes dont vous trouverez les détails à travers les pages de ce livre, suivant très souvent un ordre chronologique. "Les Nehru-Gandhi" est un saut dans l'histoire indienne et mondiale, une lecture très passionnante, par un auteur passionné, et qui pourra satisfaire les férus d'histoire ou ceux qui veulent simplement découvrir cette grande famille. "Les Nehru-Gandhi" fera découvrir à son lecteur de nombreux détails intéressants et souvent peu connus, on y retrouve leurs différentes actions effectuées, la vie politique et leur vie privée. Sa lecture donnera également à certains de ses lecteurs des réponses à leurs interrogations. Pour agrémenter le récit, des focus sur certains personnages importants qui les ont côtoyés sont décrits. De nombreuses citations complètent le récit issues d'un large éventail de sources : des écrits des membres de la dynastie (principalement de Nehru qui a énormément écrit durant ses séjours répétés en prison), des proches, des personnalités que les Nehru-Gandhi ont croisées, des journalistes, ... L'auteur adopte un ton et un jugement neutre, de simple conteur mais loin d'être lancinant, il ne prend pas parti des actions effectuées par les membres de cette dynastie, mais les énumère simplement dans le contexte (sauf peut-être dans la toute dernière partie). Pour compléter l'ouvrage, vous trouverez comme très souvent dans un livre historique, des photos de la famille Nehru-Gandhi. En fin d'ouvrage, des annexes qui complèteront et satisfairont la curiosité des lecteurs : arbre généalogique des Nehru, carte des états et régions de l'Inde, castes de l'Inde, religions en Inde, mots de l'Inde, notes bibliographiques et index sélectif qui peut être très utile pour replonger par la suite dans le livre. Pour terminer, je suis étonnée sur quelques points, un point de vue personnel et sans doute un choix stratégique de la part de l'auteur. Je trouve que le sujet de l'Indépendance de l'Inde est très vite abordé tout comme la Partition (avec un "P" majuscule). Une Indépendance tellement désirée par Nehru, qui s'est battu pour l'obtenir, sacrifiant sa propre vie en y passant de nombreuses années dans les geôles indiennes frôlant quelques fois la mort et fortement résumée. De plus, à aucun moment, n'y est mentionné le nom du Docteur Ambedkar qui a également œuvré pour l'Indépendance de l'Inde, ni le dernier Durbar de Delhi qui a eut en 1947, ... Pour terminer, sauf erreur de ma part, Agra est dans l'État de l'Uttar Pradesh et non au Rajasthan comme cité dans le livre.


"Il y a bien longtemps, nous avions pris un rendez-vous avec le destin, et voici venu le moment de remplir nos engagements, peut-être pas entièrement ou complètement, mais pour une large part. Lorsque sonnera minuit, lorsque le monde dormira, l'Inde s'éveillera à la vie et à la liberté. [...]
Page 122

Les Gandhi, les Nehru sont rares. Le face-à-face qui fut le leur - teinté de noblesse et de compréhension - est exceptionnel. Privé du Mahatma, Jawaharlal se sent dépouillé. Il lui manque parfois la lucidité de visionnaire qui fut celle de la Grande Âme ; et surtout cette chaleur, cette lumière, cette transparence que lui offrait Bapu.
Page 146

Ni Rajiv ni Indira ne semblent soupçonner dans cette tragédie le jeu du Destin qui, de génération en génération, désigne l'un des Nehru-Gandhi pour porter le poids formidable de l'Inde.
Page 212

Ils lui semblent présents : Motilal, brillant avocat, renonçant à ses plaidoiries, à son faste, entrant de plein-pied dan une lutte souvent douloureuse pour la liberté ; Jawaharlal, le play-boy qui, devenant le meneur d'hommes - le grand Nehru -, soulève les Indiens contre les Anglais ; Indira, qui d'une timidité maladive à vingt ans, ne souhaite qu'un époux, des enfants, des fleurs, mais devient la première femme Première ministre de l'Inde ; Rajiv, enfin, qui passionné d'aviation et dépourvu de toute ambition, donne, comme sa mère, sa vie pour son pays.
Page 269

















Les Nehru-Gandhi

De Renée-Paule Guillot

Éditions Pygmalion - Collection : Les Grandes Familles - Date de parution : 15 avril 2015 -

ISBN : 978-2756416274 - 312 pages - Prix éditeur : 23,90 €



#éditionspygmalion #pygmalion #nehru #gandhi #personnalités #indiragandhi #nehrugandhi #politique #politiqueindienne #sociologie #documentderecherche #documentsderecherche #nehrugandhi #gandhinehru #renéepauleguillot

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi