top of page

"La solitude des empereurs" de David Davidar


Le 6 décembre 1992, sous les yeux d'un gouvernement passif, des centaines d'émeutiers démolirent la mosquée d'Ayodhya sur laquelle ils avaient répandu leur venin. Aussitôt la violence se répandit à travers le pays comme une traînée de poudre, bouleversant des dizaines de milliers de vies.



Vijay est un indien du Tamil Nadu, brahmane mais qui ne croit pas à la caste et à la religion. Jeune diplômé de l'Université et sans emploi, son père lui demande d'écrire un article lorsqu'un de leurs domestiques disparaît alors qu'une organisation hindoue d'extrême droite faisait du recrutement dans la région. Dans la lancée, père et fils envoient l'article au "The Indian Secularist", un petit journal de Bombay qui prône le sécularisme.

Intéressé par l'article, M. Sorabji, rédacteur en chef recrutera par la même occasion le jeune homme qui a le profil idéal. C'est ainsi que Vijay quitte la ville où il s'ennuyait pour Bombay et deviendra journaliste. Il prendra rapidement conscience des dommages causés à la nation par le mélange de religion et politique.

Un an après son arrivée à Bombay, Vijay se retrouve dans les émeutes qui ébranlent la ville et le pays suite à la destruction de la mosquée d'Ayodhya. Il sera sérieusement blessé mais il s'en sortira avec des dommages psychologiques. M. Sorabji décide de l'envoyer à Meham dans les Nilgiri avec deux missions. L'une est d'écrire sur un imbroglio religieux autour d'un sanctuaire appelé "Tour de Dieu" et l'autre, l'autre est de lire son manuscrit "La Solitude des Empereur". Ce voyage, qui marquera le passage en 1994, changera Vijay pour de bon.



Tout comme le premier roman de David Davidar, "La Saison des Mangues bleues", "La Solitude des Empereurs", est empreint de l'expérience de son auteur. David Davidar, qui, comme son protagoniste Vijay, est né au Tamil Nadu et a fait ses débuts pour un magazine activiste de Bombay. Même si le roman se déroule dans les années 1990, c'est un roman qui parle d'une problématique plus que jamais d'actualité, la montée de l’extrémisme et ses conséquences en évoquant un évènement majeur, ce que l'on pourrait nommer le conflit d'Ayodhya qui imprègne encore aujourd'hui le pays. "La Solitude des Empereurs" est un roman très vite prenant et foisonne de nombreux personnages dont l'énigmatique Noah qui vit reclus dans un cimetière. C'est également un roman qui nous emmène en trois lieux, Bombay, les Nilgiri qui sont une chaîne de montagnes des Ghats occidentaux située dans l'ouest du Tamil Nadu à la frontière avec le Kerala et dans un village anonyme du Tamil Nadu.

"La Solitude des Empereurs" doit son titre au manuscrit du rédacteur en chef du protagoniste Vijay, que ce dernier lit durant son séjour aux Nilgiri, et qui mentionne trois grands hommes ayant marqué l'histoire de l'Inde, Ashoka, Abkar et Gandhi.

"La Solitude des Empereurs" est un roman complet et vraiment très bien écrit. Peu connu, il mérite pourtant toute notre attention, pour comprendre notamment l'Inde d'aujourd'hui.

"La solitude des empereurs"

De David Davidar

Titre original : The Solitude of emperors

Traduit de l’anglais (Inde) par Dominique Vitalyos

Editions Fayard - Date de parution : 7 mai 2008 - ISBN : 9782213633701 - 352 pages - Prix éditeur : 22,30 €

Comments


bottom of page