top of page

"Les Sept Lunes de Maali Almeida" de Shehan Karunatilaka 🇱🇰 Booker Prize 2022



La pluie crache des éclairs et le tonnerre fracasse le vent. Tu as perdu le compte du nombre de fois où il a plu depuis ta disparition prématurée. Soit les moussons sont arrivées tôt, soit l'univers verse des larmes sur toi et ta stupide petite vie. Aujourd'hui, les larmes sont aussi épaisses que des gouttes d'encre et crèvent les nuages en colère pour s'écraser sur la tête des humbles. (Page 275)




Pour la rentrée littéraire de janvier 2024, les Éditions Calmann-Lévy frappe fort en publiant la traduction française de la satire très mordante "The Seven Moons of Maali Almeida", de l'auteur sri-lankais anglophone Shehan Karunatilaka, pour lequel il a remporté le prestigieux "Booker Prize 2022" et qui a été sélectionné pour le "Royal Society of Literature Ondaatje Prize". Shehan Karunatilaka est l'auteur de plusieurs autres romans dont "Chinaman : The Legend of Pradeep Mathew" (2010), qui a remporté le "Commonwealth Book Prize" le "DSC Prize" et le "Gratiaen Prize".


"Les Sept Lunes de Maali Almeida" - le titre de la traduction française de "The Seven Moons of Maali Almeida"- est un roman teinté d'humour noir, d'une intense et d'une infinie puissance, c'est un roman d'une grande qualité littéraire. Shehan Karunatilaka - en mêlant mythes, fantaisie et vie réelle - a le génie littéraire de plusieurs grands auteurs tels que Gabriel García Márquez, Salman Rushdie et Arundhati Roy. Le genre littéraire est donc narratif et combinent différents styles, le réalisme magique, l'histoire, ... Il est assez original que l'auteur utilise la deuxième personne du singulier pour nous conter l'histoire de son protagoniste. Mais ce qui rend ce roman exceptionnel et explosif, est que son auteur nous invite à entr'apercevoir les horreurs de la guerre civile du Sri Lanka, sans filtres, à travers le décès d'une de ses innombrables victimes. C'est une plongée en eaux profondes dans l'histoire récente du Sri Lanka que nous offre à découvrir Shehan Karunatilaka.



"Les Sept Lunes de Maali Almeida" rappelle celui d'un autre auteur sri-lankais Antonythasan Jesuthasan, également connu sous le pseudonyme de Shobasakthi et de son roman "La Sterne Rouge", l'histoire d'une jeune femme de la dernière génération a avoir vécu la guerre civile sri-lankaise, un conflit sanglant qui a pris de l'ampleur à compter de 1983 et qui a officiellement pris fin en 2009.

Dans "Les Sept Lunes de Maali Almeida", Shehan Karunatilaka nous transporte durant la première période de ce conflit sanglant, en 1990, à Colombo dans la capitale du pays, à travers l'histoire de Maali, le protagoniste. Maali de son vrai nom, Malinda Almeida Kabalana ou Malinda Albert Kabalana, cinghalais par son père, tamoul et Burgher par sa mère, était un photographe de guerre qui a travaillé pour l'armée, des associations de presse et quelques autres agences. Maali, qui été "né avant le premier hit d'Elvis. Et mort avant le dernier de Freddie" vivait avec son petit ami DD, fils d'un député et la cousine de ce dernier. Comme l'exigeait son métier, il avait de mauvaises fréquentations et de mauvaises habitudes. Après une mission dans une zone de conflit, Maali aimait se rendre au casino et dégoté quelques hommes. Mais après une mission qui l'a conduit dans le nord du pays, à Jaffna, Maali se retrouve dans l'Au-Delà sans savoir ce qui lui a conduit à s'y retrouver, mort. Il y croise des décédés, énormément d'estropiés tels que lui, de tous les âges, certains qu'il a photographié lors de ses missions. Avant de rejoindre la Lumière, un Assistant, qu'il reconnait comme ayant été une professeure d'université assassinée par des extrémistes tamouls, lui donne la possibilité d'aller dans l'Ici-Bas durant Sept Lunes et pas une seule de plus, afin de connaître les raisons et surtout son ou ses meurtriers. Malinda y voit également l'occasion de montrer au grand jour, des photographies dérangeantes cachées dans une boîte à chaussures, des preuves sur les commanditaires de massacres, d'exécutions et de meurtriers mais également de trafiquants. Mais encore faut-il qu'il puisse communiquer avec les personnes vivantes pour leur donner ses instructions, tout en prenant en garde de sauver son âme car dans le monde de l'Entre-Deux, celui des esprits et des fantômes, comme dans le Ici-Bas, il y a des règles à respecter et de grands dangers ... Sans compter que sept lunes passent vite.


Pour écrire ce roman déroutant et apocalyptique, Shehan Karunatilaka s'est largement basé sur une richesse de son pays : ses légendes et son folklore sri-lankais naturellement important. Il a pu ainsi mettre en scène, un photographe homosexuel évoluant dans un monde d'esprit et ainsi exposer au grand jour, sans aucun filtre, sans tabou, les faits comme ils se sont à peu près déroulés, de manière neutre, redonnant ainsi la responsabilité à chacun de la guerre civile qui a fait des sri-lankais de la chair à canon, dans des conditions atroces, qui n'ont jamais eu de sépultures et dont leur âme doivent encore hantée l'île. Colombo devient une immense scène de crimes et même les plus beaux lieux de la capitale, devienne des lieux de carnages.


"Les Sept Lunes de Maali Almeida" de Shehan Karunatilaka un roman absolument bouleversant, nous offrant la vision de ce qu'est réellement les conflits. La présence des fantômes apportent une touche d'onirisme et presque de légèreté dans ce roman extrêmement sombre. Il est difficile de réaliser que ce qui est raconté dans ce roman est vrai, que les personnes, les organisations, les états cités, etc ont réalisés de tels atrocités et pourtant c'est bien de la vraie vie et de l'Histoire qu'il est en question et source d'inspiration de l'auteur. Le Sri Lanka possède de nombreux surnoms élogieux tels que "La Perle de l'Océan Indien" ou "La Larme de l'Inde" mais après avoir lu "Les Sept Lunes de Maali Almeida" de Shehan Karunatilaka, la vision que l'on a du pays se déforme. C'est également un roman qui nous fait réagir, sur notre envie de vouloir changer le monde. "Les Sept Lunes de Maali Almeida" sera, incontestablement, l'un des plus grands et des plus marquants romans de l'année 2024 où le monde est ébranlé de nombreux conflits. Incontournable, il ne pourra que faire parler de lui, d'autant qu'il y a de fortes chances de remporter de nombreux autres prix, peut-être francophones.


Chaque véritable musicien ou sportif vous le dira, tout est une question de timing. En plus de croire aux yakas et aux malédictions, les Sri-Lankais croient au nakath, au caractère auspicieux ou non d'une situation selon le calendrier, une sorte de feng shui temporel. Si le jour du nouvel an tamoul et cinghalais, vous allumez une bougie à six heures quarante-huit en faisant face à l'ouest, vous attirerez à vous la joie ; si ce jour, vous faites la même chose, mais face au nord et à sept heures trois, le ciel vous tombera sur la tête. (Page 199)

J'étais au Sri Lanka en 2010, six ans après le tragique et célèbre tsunami qui a dévasté l'île. De la guerre civile qui ravageait l'île, sans un minimum de curiosité et d'intéressement, il en n'était pas mention. Il était pourtant interdit d'aller au-delà d'Anurâdhapura dans le Nord et la présence militaire et la tension était forte dans le reste de l'île notamment dès que l'on quittait les routes balisées. C'est à cette époque que je me suis intéressée à cette île et je suis aujourd'hui ravie qu'aujourd'hui des écrivains tels que Shehan Karunatilaka et Antonythasan Jesuthasan nous invite à découvrir l'histoire de leur île. Il est aussi intéressant de lire "L'incessant bavardage des démons" d'Ashok Ferrey, qui nous ramène dans ce côté mystique et fantastique que l'on trouve dayns "Les Sept Lunes de Maali Almeida" de Shehan Karunatilaka.






"Les Sept Lunes de Maali Almeida" de Shehan Karunatilaka

Traduit de l'anglais (Sri-Lanka) par Xavier Gros

Titre original : The Seven Moons of Maali Almeida

Éditions Calmann Lévy - Romans étrangers - Date de parution : 3 janvier 2024 - ISBN : 9782702190289 - 510 pages - Prix éditeur : 23,90 €






bottom of page