"La Sterne rouge" de Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi

#antonythasanjesuthasan #éditionszulma #zulma #shobasakthi #littératuresrilankaise #srilanka


Je m'étais jurée secrètement de ne jamais avaler la capsule de cyanure que je portais au cou. Je refusais d'être absorbée par le poison comme la vaste forêt par une petite étincelle. Cette capsule était un raccourci vers la mort. Moi, je voulais mourir la tête haute, comme la fille du ministre.

Comment parler de ce roman novateur qui peut totalement vous chambouler. Dur de trouver les mots pour le définir, tant la rage qui s'y dégage est intense.

Ce roman a la puissance d'une bombe, non pas celle qui aurait dû mettre en bouilli sa protagoniste Ala, mais une bombe littéraire.


"La Sterne rouge" est le second livre d'Antonythasan Jeusthasan et pour ceux qui ont lui "Friday et Friday", un recueil de nouvelles publiés en 2018 chez Zulma, croyez-moi ce dernier n'était qu'un prélude.

Antonythasan Jesuthasan, également connu sous le pseudonyme de Shobasakthi est un acteur tamoul d'origine sri-lankaise, connu en premier lieu en France pour son rôle de Dheepan, un film réalisé par Jacques Audiard et racontant l'histoire de réfugiés tamouls en France. Mais Antonythasan Jesuthasan est avant tout un écrivain talentueux. Sa vie a inspiré ses écrits : sa jeunesse "tamoule" au Sri-Lanka, son expérience au sein du Mouvement de libération des Tigres Tamoules (une organisation indépendantiste tamoule du Sri Lanka), son exil, son statut de réfugié politique, son intégration loin de son pays natale. La vie d'Ala, la protagoniste, à quelques décennies d'écart, pourrait être en partie l'histoire de l'auteur, au féminin.

"La Sterne rouge" est l'histoire d'Ala, issue de la dernière génération à avoir connu et vécu la guerre civile qui a pris de l'ampleur à compter de 1983 et qui officiellement pris fin en 2009. Pourtant, cette génération qui ont eu vent des attentats du 11 septembre 2001 et qui ont été directement impacté par le tsunami du 26 décembre 2004 qui a touché de plein fouet le Sri Lanka, a vécu les conflits entre cinghalais et les tamouls d'une intense violence, tout comme leurs aïeux. Si Ala, la sterne rouge, a rejoint les Tigres ("LTTE – Liberation Tigers of Tamil Eelam"), si elle a suivi les entraînements et si elle s'est mis sur l'autel du sacrifice, si elle a connu la prison, ..., ce n'est pas par pur hasard. Comme d'autres tamouls, elle ne devait sa survie, qu'à la chance, même si la vie ne l'a pas gâté. Ala a connu dès sa plus tendre enfance, la violence, les viols dont le sien, les disparitions et les meurtres avec mutilation des gens de sa communauté. Cette réalité, si proche de nous, dans un pays à un jet de pierre de l'Inde, est très difficile à réaliser, déroutant. Avec ce roman, Antonythasan Jesuthasan nous permet de prendre conscience de l'horreur qui s'est déroulé sur cette île, surnommée la perle de l'océan indien, durant ces nombreuses décennies, il y a peu de d'années en arrière.

L'histoire d'Ala est tragique et Antonythasan Jesuthasan sait tenir son lecteur en haleine du début à la fin car les rebondissements sont nombreux. Mettant en scène une protagoniste tamoule, l'auteur nous permet de découvrir à travers ce roman, la culture tamoule : les fêtes, les croyances, les divinités, les traditions, ... Cette ouverture a la culture tamoule est un véritable bol d'air frais dans la noirceur de ce roman.

Je n'en dirais pas plus sur ce roman car je souhaite que le lecteur le découvre par lui-même mais je vous conseille sa lecture. Peu de romans dépeint avec autant de précisions les horreurs d'une guerre, de conflits inter-communautaires, tout en y apportant la découverte d'une communauté et d'un pays.

Avec "La Sterne rouge", Antonythasan Jesuthasan signe un nouveau roman grandiose, d'une force incroyable, parfait.

La Kurali femelle accomplit des miracles. Cette démone nous est invisible, à moins de nous humecter les yeux avec des larmes de loris. Dans ce cas, le charme opère jusqu'à l'évaporation des larmes. La nuit, la Kurali sort, sa baguette magique à la main, pour boire à la rivière. On aura pris soin de placer sur sa route un petit animal orphelin, un chiot ou un chaton par exemple. [Page 143-144]



 

La Sterne rouge

De Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi

Titre original : Ichaa

Roman traduit du tamoul (Sri Lanka) par Léticia Ibanez

Éditions Zulma - Date de parution : 3 février 2022 - ISBN 979-10-387-0083-3 - 320 pages - Prix éditeur : 22,50 €


https://www.zulma.fr/livre/la-sterne-rouge/