"Maramisa" de Vincent Engel

Des plus orgueilleuses et des plus puissantes civilisations ne restaient bientôt que quelques alignements de pierres recouverts par le sable ou noyés dans la jungle. Maramisa seule substituait à travers des hommes et des femmes qui, à travers le temps, se transmettaient un héritage illisible et une fidélité à une énigme indéchiffrable. Ce peuple était-il l'incarnation d'une force vitale supérieure ? Une force vitale ou mortelle ? Tout était double à Maramisa où les vivants dormaient à côté de leurs morts ; et moi, reclus dans une prison dorée aux allures de tombe, je n'avais qu'à me noyer dans ces lignes qui ne signaient peut-être rien d'autre que l'ironie amère des dieux du vide.



Charles Vinel est un jeune archéologue, écrivain et professeur d'université à l'avenir peu prometteur. Rien ne le prédestinait à être choisi par Hermann Kopf, pour son projet.

Hermann Kopf est un milliardaire très mystérieux, ambitieux et toujours en déplacement aux quatre coins du globe. Il a un vieux rêve, celui de retrouver la cité perdue de Marmisa, la ressusciter et par la même occasion vaincre le temps. Pour parvenir à ses fins, il a besoin d'un homme touche à touche mais surtout d'un homme qu'il puisse manipuler à sa guise. Charles, que Kopf a harponné en lui faisant croire qu'il s'intéressait à sa thèse sur la thanatopraxie - la science des techniques de momification-, a le profil idéal et deviendra sa marionnette.

Les recherches de Charles permettront de localiser un site quelque part en Asie Centrale qui pourrait être celui de Maramisa. Charles y sera livré à lui-même durant plusieurs mois, en plein milieu d'un désert et loin de toute civilisation, afin d'y trouver des indices révélant qu'il s'agit bien des ruines de Maramisa. Charles sera très vite envouté par Maramisa et se laissera manipuler par Kopf. Il comprendra trop tardivement qu'il s'est laissé prendre dans un engrenage infernal dont il est impossible d'en sortir.

Pourquoi suis-je sortie de ma zone de confort pour me lancer dans la lecture de "Maramisa" ? Sa couverture ...


Amatrice de romans sur l'Inde et de civilisations anciennes, je ne pouvais qu'être séduite, d'une part par la photographie de couverture qui n'est pas sans me rappeler celle que j'ai moi-même posté sur mon compte instragram et représentant la porte du temple jaïn de Jaisalmer. D'autre part, j'étais intriguée par cette écriture inconnue en caractère dorée et en relief sur la couverture, invitant à découvrir un monde inconnu. Le feeling avec ce roman a été bon, il m'a absorbé un week-end entier et même si l'Inde n'y était pas - même si j'ai prêté à imaginer Maramisa aux confins de l'Inde - j'étais séduite.

"Maramisa" est un roman dans lequel l'on y trouve plusieurs tonalités. La première moitié du roman est essentiellement basée sur la quête de la cité, ses légendes, les indices permettant de définir ce qu'elle a été, la généalogie et les caractéristiques de ceux qui l'ont habités ... Le décor se pose, les personnages se livrent timidement et l'on commence à cerner les caractères de chacun, ... La seconde moitié est digne d'un roman de science fiction quasi post-apocalyptique, où un homme, Hermann Kopf, délire dans sa folie de grandeur et érige sur le site, une dystopie à travers un édifice monumentale qui va au-delà de notre imagination, totalement surhumain. Charles Vinel est un personnage naïf et qui manque résolument de maturité. Il se fait manipuler sans ménagement et avec une incroyable facilité. Il donne l'impression de tourner souvent en rond mais il finira tout de même par étonner les lecteurs. Herman Kopf quant à lui est un homme arrogant, manipulateur, excessif, présomptueux, vicieux, ... Il fait penser à un savant fou qui n'a aucune limite pour réaliser son objectif. Dès les premières pages du roman, nous ne pouvons qu'avoir des a priori sur cet homme, et qui se confirmeront par la suite. Tout est cinglant chez cet homme, son passé, son présent et ses objectifs. D'autres personnages secondaires apparaissent régulièrement dans le roman. Il y a le bras droit de Kopf, Fabrice, qui derrière ses airs amicaux envers Charles, reste un personnage pour lequel on pense devoir rester méfiant. Il y a aussi Frederico Cairano, un metteur en scène célèbre pour ses incroyables spectacles dans un casino de Macao et qui a été embauché par Kopf dans le but de réaliser l’une de ses mégalomanies.

L'imagination de l'auteur de "Maramisa", Vincent Engel, n'a aucune limite. Il nous transporte d'un tableau à l'autre avec une très grande aisance et sait nous tenir en haleine tout le long de son roman. La folie de l'homme dépasse souvent celles réalisées par le passé et Kopf en est la parfaite représentation. "Maramisa" est une invitation à découvrir une civilisation ancienne dont l'on trouve quelques (rares) descendants à travers le globe. Ce qui est assez incroyable, c'est qu'en lisant ce roman, l'on commence à croire que "Maramisa" a réellement existé, c'est assez troublant même déroutant. "Maramisa" est un roman magnifiquement bien écrit et qui offre une lecture très prenante, rien à envier à des block-busters.



MARAMISA

De Vincent Engel

Éditions Les Escales - Domaine Français - Date de parution : 7 juin 2018 ISBN 978-2365693592 - 521 pages - Prix éditeur : 21,90 €

#auteursfrançais #lesescales #éditionslesescales #civilisationancienne #vincentengel #littératurefrançaise


0 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi