"Comment devenir un dieu vivant" de Julien Blanc-Gras

Les conceptions védiques, elles, se passent relativement bien de messie. Dans l'hindouisme, il n'existe pas de Création. Le monde, est, point barre. Il fluctue de la régénérescence au chaos suivant des cycles dépassant très largement la temporalité humaine. Le Vishnu Parana, rédigé au quatrième siècle, annonce que lors des périodes de déclin, "la seule loi sera celle du riche", que "la violence, la tromperie et l'immoralité" régneront. Bon, ce sont des invariants historiques. Plus troublant : "Les anciens se comporteront comme des jeunes, et les jeunes perdront la candeur de la jeunesse." En langue vernaculaire : quand les baby-boomers fréquentent les boîtes à partouzes et que les jeunes manifestent pour avoir un CDI, c'est la fin du monde.
Page 91


Mode d'emploi de "Comment se transformer une étiquette de loser notoire en dieu vivant" grâce à une bonne dose de culot et de folie. William, son métier est vendeur de journaux à la sortie du métro aux côtés de pleins gugusses excentriques prônant pour la plupart le prosélytisme religieux. Payé à la commission, il doit booster les ventes pour ne pas perdre son travail et se retrouver à devoir chercher un nouveau encore plus minable. S'inspirant de ses collègues de trottoir notamment le crieur de fin du monde, il décide un jour de faire le show en hurlant et en faisant le pitre. Résultat, les passants s'arrêtent pour l'écouter à débiter les mantras catastrophiques et les nouvelles du jour. Il sera très vite rejoint par Tim, Max et Lucy et à eux quatre, ils formeront un véritable spectacle où les titres apocalyptiques seront scandés avec sarcasme et humour noir. William ne vendra pas plus de journaux, pire il se fera virer par son employeur. Mais ses efforts ne seront pas vains, le show le propulsera de l'ombre à la lumière. Il fera une ascension sociale fulgurante, il va conquérir les médias et le monde, sans oublier d'y ramener ses nouveaux amis. Commencera alors pour eux une toute nouvelle vie de strass et de paillettes où l'argent coulera à flots et où ils commenceront à fréquenter le haut du gratin mondial. "Comment devenir un dieu vivant" est un roman complètement loufoque, déjanté, délirant et d'un genre vraiment très particulier. Il peut paraître bizarre à lire mais en prenant du recul et en regardant autour de soi, la vie de tous les jours et les médias, l'on découvre les sous-entendus des différents thèmes explorés et un semblant de message que veut apporter son auteur. Tout au long de la lecture, j'avais l'impression que l'auteur se moque des personnalités célèbres- people, présidents, hommes riches, personnalités de tous poils- mais aussi des gens en général. Il n'hésite pas à se moquer également ce que l'on voit à la télévision, la censure que nous livrent les journaux télévisés et à l'opposé les émissions de téléréalité et les débilités que l'on y trouvent. Plus sérieusement (enfin un peu), il met en garde sur l'environnement fragile dans lequel nous vivons, son écosystème bien évidemment, ses problèmes sociaux-économiques mais surtout il nous rappelle que l'on a beau avoir fabriqué la bombe atomique contre la nature en colère on ne peut rien faire. Même si c'est dit sur un ton humoristique, il met l'accent sur la fin du monde, prophéties sérieuses scandées par d'anciennes civilisations ou des prophéties buisiness qui permettent seulement à remplir les poches de charlatants. Dans ce livre pour autant, rien n'est clair, l'humour est à la frontière de l'absurde, l'auteur n'arrive pas à rester sérieux plus qu'un paragraphe, et l'on passe de théories délirantes à des personnages complètement extrêmes rassemblant tous les stéréotypes imaginables. "Comment devenir un dieu vivant", je dirais que l'on adore ou pas, c'est un roman complètement fou, ou disons plutôt complètement taré, un délire d'un auteur qui a poussé sa folie au maximum sans se mettre des barrières.



Il a ensuite fallu que je récapitule mes expériences professionnelles. J'ai été étudiant, barman, stagiaire, dealer à temps partiel, distributeur de tract free lance, télévendeur, webmaster pendant deux jours (le temps de planter avec intranet), manutentionnaire, gigolo de bas étage, vendeur de journaux et essentiellement chômeur.
Page 35

Surtout, c'est beau, l'émeute. L'aura des drapeaux. L'esthétique de l'uniforme, l'urgence des sirènes de l'ordre. Le brouillard des lacrymos,. Les éclairs de cocktails Molotov traçant dans l'air leurs courbes éphémères. Le feu brûle mieux la nuit, on ne voit que lui. Il aveugle. Le mariage de l'excitation et de la violence donne à la contestation des relents aphrodisiaques. L'émeute, même principe qu'une partouze SM, des gens en colère qui se réunissent pour se vider.
Page 58

Nous avions une affection particulière pour les Bollywood. Un beau jeune homme et une belle jeune fille tombent amoureux mais il y a embrouille avec la famille parce que le mec est trop pauvre ou la fille déjà promise. On finit par danser un bon coup tous ensemble et les problèmes sont réglés. Les familles copinent et les tourtereaux peuvent alors s'étreindre, mais sans s'embrasser parce qu'il ne faut pas exagérer. La mignonnesse des scénarios avait des vertus relaxantes.
Page 154

Une cure de pureté me semblait indispensable. Je me suis posé en hélicoptère à Rishikesh, sur les contreforts de l'Himalaya indien. Le Gange prenait sa source à quelques kilomètres de là, le calme régnait et le taux de yogis au mètre carré avoisinait le record mondial. Des sâdhus allaient nus et couverts de cendres, barbes broussailleuses et teubs au vent. Ces saints hommes vivaient de mendicité et surtout de haschich, regards rieurs et éclatés. Des clochards célestes, en somme.
Page 237


Comment devenir un dieu vivant

De Julien Blanc-Gras

Éditions "Le Livre de Poche" - Date de parution : 30 septembre 2015 - ISBN : 978-2253179238 - 307 pages - Prix éditeur : 6,90 €

Première Parution aux Éditions "Au Diable Vauvert" - existe également en format Kindle


#julienblancgras

#éditionslelivredepoche #livredepoche

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi