"De la forêt" de Bibhouti Bhoushan Banerji



Malgré une licence en poche, Satyacharan a cherché désespérément pendant près d'un an, un emploi dans tout Calcutta. Grâce à ses retrouvailles avec un ami d'université, il se voit proposer par ce dernier un poste de manager pour installer des métayers sur près de quatre cents hectares de forêts dans le district de Purnea, au Bihar.


Deux semaines plus tard, Satya, se retrouve au plus profond du Bihar dans un endroit solitaire avec pour seule compagnie, une vaste étendue de forêts. Lui, le citadin, comment arrivera-t-il à survivre dans ce milieu inhospitalier ? Et comment fera-t-il pour occuper ses journées ? Satya tombera très rapidement amoureux de son nouvel environnement qui lui propose à chaque instant de l'émerveillement. Pourtant, sa tâche en ces lieux est de distribuer ces terres, non pas de s'en délecter et encore moins de les protéger. Cette belle étendue déserte, les forêts, étang et cette chaîne de collines devront être défrichés pour la culture et la construction d'habitations.

Durant près de sept ans, Satya œuvra à sa tâche et repartira de cet endroit, métamorphosé, tout comme le lieu qu'il quittera à tout jamais.


Il y a des chemins en ce monde que peu de gens empruntent, des chemins où le flot de vies étonnantes se croisent et écoulent dans le lit caillouteux de rivières inconnues. Ces chemins, je les ai parcourus, et aujourd'hui encore, je ne peux oublier cette rencontre.
Mais ces souvenirs ne sont pas joyeux, ils sont douloureux. C'est de mes mains que cette nature sauvage et libre a été détruite, et je sais que les divinités de la forêt ne me le pardonneront jamais. On dit que le poids du péché est plus léger si le pécheur le confesse.
Tel est l'objet du récit.

"De la forêt" est l’œuvre d'une figure majeure de la littérature bengalie Bibhouti Bhoushan Banerji. Bibhutibhushan Bandopadhyay, l'autre orthographe de son nom, est connu pour son roman "Pather Panchali" ("La Complainte du Sentier), qui fut à l’origine de la fameuse "Trilogie d’Apu" du grand réalisateur bengali Satyajit Ray.


"De la forêt", dont le titre original en bengali est "Aranyaka" nous transporte dans les premières décennies du XXème siècle dans l’État du Bihar, qui est aujourd'hui le plus pauvre, le plus corrompu et le plus criminalisé des États de l'Union indienne.


"De la forêt" est, comme "La Complainte du Sentier", largement autobiographique. L'auteur nous raconte, à travers le personnage de Satyacharan, les six-sept années qu'il a passé dans cette jungle, en totale opposition avec sa vie de citadin à Calcutta. C'est avec beaucoup de minutie, de détails et d'amour que l'auteur décrit la richesse des paysages, l'exubérance de la faune et de la flore. Même s'il évoluait en milieu hostile, il fit, durant ces années passées dans le district de Purnea, de nombreuses rencontres singulières qu'il nous livre dans ce roman. La nature hypnotisa l'auteur, ses rencontres l'enrichirent et c'est ce qu'il voulut transmettre à travers ce magnifique roman. "De la forêt" est une ode à la nature certes, mais il peut être également considéré comme une confession de l'auteur. Il nous y livre sa responsabilité à la destruction de cette merveilleuse création et y partage son profond sentiment de culpabilité et de tristesse. En effet, en tant que gestionnaire de domaine, son travail consistait à distribuer les terres forestières à des métayers qui allaient aussitôt les défricher pour y cultiver des récoltes, y construire des maisons où habiter. Avec ce défrichement, les plantes endémiques et les arbres séculaires disparurent emportant avec eux l'âme et l'enchantement de la forêt et la vie ancestrale des peuples primitifs, tout cela dans l'unique but de faire place à l'empiètement humain. Le beau est remplacé par le laid, la richesse par la pauvreté, les nomades laissent place à la sédentarité, les animaux sauvages par les animaux domestiqués.


"De la forêt" est un roman plaisant à lire. Il fait partie des romans de la littérature indienne et précisément bengalie incontournable et que nous avons enfin la chance de découvrir pour la première fois en français grâce aux Éditions Zulma. Ce roman est un véritable enchantement et la force d'écriture de Bibhouti Bhoushan Banerji ne peut qu'hypnotiser son lecteur.

"De la forêt" est un témoignage d'un temps où les forêts prédominaient encore le monde et l'écosystème était encore foisonnant, jusqu'au jour où l'homme décida de dominer la nature. "De la forêt" est considéré comme le premier roman écologique car visionnaire et d'une vibrante actualité.


Se languir de son pays est une sensation extraordinaire. Ceux qui restent tout le temps au même endroit, sans bouger de leur village ou des environs, n'en connaissent pas l'étonnante variété. Celui qui passe de longues années loin de chez lui, là où il n'a ni parent ni ami, sait à quel point l'âme pleure pour le Bengale, pour les Bengalis, pour son village et pour ses proches. L'évènement le plus insignifiant lui paraît alors merveilleux. Il a l'impression que le passé ne se reproduira jamais, le monde lui devient indifférent, la moindre chose venant du Bengale lui est extrêmement chère.

De la forêt 

De Bibhouti Bhoushan Banerji

Titre original : Aranyaka

Roman traduit du bengali (Inde) par France Bhattacharya

Éditions Zulma - Date de parution : 19 mars 2020 - ISBN : 978-2843049422 - 288 pages - Prix éditeur : 22 €


#ÉditionsZulma #Zulma #BibhoutiBhoushanBanerji #littératureindienne #Calcutta #Bengale #romans

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi