"Kuala l'impure" de Brian Gomez


La nuit précédant son accusation pour triple homicide, la seule personne que Terry Fernandez avait brièvement songé à tuer était lui-même. Mais le songe avait disparu, comme souvent chez Terry, avec l'arrivée d'un sixième whisky à l'eau. [Page 9]


Lorsque que dans le "Hideout", un bar de blues de Kuala Lumpur, Terry Fernandez joua les trois derniers sets de sa laborieuse et ratée carrière de musicien, ce dernier ne se douta pas que cette soirée changera le cours de sa vie.


Quelques instants auparavant, en accordant sa guitare, il songea encore à son futur mariage avec Linda, une fille à papa, et pas n'importe lequel des papas, un papa ministre de l’Éducation. Il s'était alors demander s'il ne faisait pas une grave erreur ...


Après le show, dont la première partie fut entachée par l'intervention d'un ivrogne et journaliste du "Malayan Times", Terry peut enfin retrouver ses trois meilleurs amis, Farouk, Alan et Daniel. Il n'y a pas meilleure compagnie que ses potes d'enfance pour lui remonter le moral. Ces derniers lui ont concocté une surprise. Ils ont réservé deux chambres d'hôtel, avec dans l'une d'elle une fille pour satisfaire Terry. Les quatre amis ne le savent pas encore, ces instants seront les derniers qu'ils passeront ensemble.


Même pas une heure plus tard ou est-ce plus, Terry s'enfuit de l'hôtel avec Devil ou de son vrai nom Ning Somprasong, une prostituée d'origine thaïlandaise. Ils viennent de découvrir les corps sans vie des amis de Terry et désormais, ils sont poursuivis sans savoir la raison. Ning a son idée sur le sujet mais n'ose pas la révéler à Terry, l'essentiel est de sauver sa vie.

Commence alors une course poursuite dans tout Kuala Lumpur qui entraînera dans son sillage, un panel hétéroclitique de tout ce que qui a de mauvais et de bon dans la ville.




"Kuala l'impure" est un roman noir écrit par Brian Gomez, un touche-à-tout malaisien. Avec ce roman, il nous entraîne dans une course haletante et folle à travers la capitale malaisienne, Kuala Lumpur, mais de par son côté le plus sombre. "Kuala l'impure" offre une lecture explosive, un véritable feu d'artifices où tout part dans tous les sens. Même si les personnages sont relativement nombreux, l'écriture de Brian Gomez permet de suivre, sans aucune difficulté, chaque personnage, chaque scène. Il fallait bien que l'auteur intègre toute la multiculturalité malaisienne et tous les travers de la ville en un seul lieu, ce roman. Mais n'ayez crainte, au cas où, une liste des principaux personnages est mis à disposition en début de roman. Dans "Kuala l'impure" , le lecteur est aspiré dans ce tourbillon infernal où évolue Terry et n'a qu'une seule appétence, continuer sa lecture, sans marquer de pause, car elle ce roman noir est assez addictif. Brian Gomez a écrit son roman sans langue de bois et sans pincettes. Il exploite tous les domaines possibles et imaginables. Son langage est assez cru, familier, mais justement c'est ce qui rend son roman original et palpitant. "Kuala l'impure" est une pure merveille, qui ne peut qu'être conseillé.




"Kuala l'impure" de Brian Gomez

Titre original : Devil's Place

Traduit de l'anglais (Malaisie) par Jérôme Bouchaud


Éditions Gope - Date de parution : 2 juin 2020 - ISBN : 979-1091328746 - 292 pages - Prix éditeur : 19,90 €


#littératuremalaisienne #éditionsgope #gope #briangomez #roman #polar #romannoir #massecritique




©2020 par L'Inde en Livres - Atasi