• Véronique Schauinger

"L'envol du sari" de Nicole Giroud


Les faits bruts exciteraient l'imagination de 'n'importe quel romancier. Imaginez plutôt : deux avions indiens partis tous les deux de Bombay qui s'écrasent dans le massif du Mont-Blanc quasi au même endroit à seize ans d'intervalles ! Deux avions environnés de mystères dont on n'a jamais réussi avec certitude à connaître la cause du crash.



Un avion d'Air India, le "Malabar Princess", qui reliait Bombay à Londres s'est crashé le 3 novembre 1950 près du Glacier des Bossons sur le Massif du Mont Blanc.

Quinze ans plus tard, le 24 janvier 1966, un autre avion d'Air India, le Kangchenjunga, effectuant la ligne Bombay – New York via Delhi, Beyrouth, Genève et Londres, s'écrase au même endroit, les 106 passagers et les 11 membres d'équipage perdent la vie.

Quentin est écrivain et depuis la rupture avec sa compagne, il vit dans l'appartement savoyard de son père récemment décédé. Alors qu'il cherche l'inspiration pour son nouveau roman, il découvre dans le quotidien local qu'une conférence aura lieu le soir-même dans sa ville au sujet des deux crashs d'Air India qui eurent lieu dans la vallée il y a plus d'un demi siècle suivie d'une exposition. Quentin sait immédiatement qu'il détient le sujet de son prochain roman. Sa rencontre avec Anusha, la fille d'une des victimes, déterminera le fil conducteur de son roman, il va retracer l'histoire de Rashna, une jeune femme parsie.


Sa maman est partie en avion et celui-ci a explosé en plein vol, cette mort impossible à imaginer, cette morte qu'elle n'a pas droit de pleurer la dévorent de l'intérieur. Elle entend les murmures des domestiques, il parlent de corps déchiquetés, leurs chuchotements meurent lorsqu'elle approche. Ils l’empoissonnent quand même. [...]
Elle ne pleure pas. Chez les Parsis, on ne pleure pas les morts. Ils ont simplement quitté leur enveloppe corporelle pour rejoindre la vie éternelle. Anusha ne pleure pas. Ne parle pas. C'est comme si un génie avait bloqué l'entrée de sa gorge et refusait qu'elle expulse cette douleur trop intense pour elle.


"L'Envol du Sari" est un roman de mémoire sur le tragique crash du Kangchenjunga* resté sous silence médiatique et classé "secret défense" contrairement au "Malabar Princess" qui a été popularisé par un film avec Jacques Villeret. Depuis plus de cinquante ans, le lieu du crash, le glacier des Bossons, rejette régulièrement les débris de l'avion, les objets personnels des victimes et des fragments humains, attire la convoitise des chercheurs de trésors dans l'indifférence générale, tout comme avait été le crash du Kangchenjunga.

"L'Envol du Sari" est un roman de fiction, même si l'élément central reste cet évènement tragique dont les circonstances qui ont conduit au drame restent encore aujourd'hui mystérieuses. C'est à travers un écrivain du nom de Quentin, que Nicole Giroud redonne vie à l'un des passagers du Kangchenjunga, une femme indienne retrouvée quelques temps après le crash uniquement parée de ses bijoux. Alors que le protagoniste essaye de redonner vie à cette femme qui hante ses nuits, aidée par la fille de cette dernière qui a accepté de l'aider, l'auteure a imaginé ce qu'aurait pu être la vie de cette femme, Rashna. Un roman prend vie alors dans le roman lui-même.

Retranscrire ce qu'aurait été la vie de cette femme aurait été déjà un très bon et grand travail d'écriture, mais Nicole Giroud est allée bien plus loin, en proposant à son lecteur de découvrir la communauté parsie de Bombay : leur histoire, leurs rites, leurs croyances, leur place au cœur de l'Inde, leur vie à Bombay, ... Nicole Giroud est allée loin dans son travail de recherches et elle retranscrit dans ce roman, sans l'alourdir, de nombreuses informations qu'elle a glanée de-ci de-là sur les parsis mais également sur le crash du Kangchenjunga. Ces recherches confèrent au roman une aura de réalisme très intéressante et somme toute assez agréable pour le lecteur, qui a l'impression d'apprendre en même temps qu'il lit une belle histoire de fiction. Quitter un temps la France et la Suisse pour se retrouver projeter dans une Bombay pré et post-indépendance au cœur d'une communauté minoritaire (et dont sont issus de très bons auteurs indiens dont Rohinton Mistry) est un pari risqué mais réussi. Dans "L'Envol du Sari", Nicole Giroud a osé aborder nombre de sujets et offre ainsi de la diversité à ses lecteurs, sans omettre d'ajouter les ingrédients d'un bon roman : un fil conducteur, un peu de romance, des rebondissements et un secret de famille. Les différents styles d'écriture utilisés par l'auteure dans son roman sont également très intéressants et apportent du dynamisme à l'ensemble.

"L'Envol du Sari" est bien plus qu'un magnifique titre, une très belle couverture, un sujet intéressant. Ce roman offre une histoire palpitante entre deux continents à deux époques différentes. Il est un hommage aux victimes du Kangchenjunga, leur permettant enfin d'exister dans la mémoire collective. "L'Envol du Sari" est un roman qui se doit d'être lu.



Merci à Nicole Giroud pour cet excellent roman et à la maison d'éditions "Les Escales" pour cette très belle et intéressante parution.




* Avant d'avoir été le nom d'un avion de la flotte d'Air India, le Kangchenjunga est le nom d'une montagne qui se situe à la frontière entre l'Inde et le Népal. Son nom signifie "Les cinq trésors de la grande neige" et il est le troisième plus haut sommet après l'Everest et le K2.

Monument à la mémoire des victimes des crashs du "Malabar Princess" et du Kangchenjunga - Nid d'Aigle - Saint-Gervais Mont-Blanc - Inauguré en 2019



Quatrième de couverture

En janvier 1966, un avion d’Air India explose en plein vol sur le massif du mont Blanc, à l’endroit même où le Malabar Princess s’était écrasé en 1950. On retrouve le corps intact d’une jeune femme, une Indienne nue, vêtue de ses seuls bijoux : c’est Rashna, la belle Parsie. Presque cinquante ans plus tard, sa fille Anusha reconnaît le sari de sa mère dans une exposition. Quentin, un écrivain en mal d’inspiration ayant perçu son trouble, est aussitôt subjugué par la jeune femme. Une certitude germe en lui : ce sari lui donnera la trame de son prochain ouvrage. De rencontre en rencontre, Anusha tente de restituer les bribes de ses souvenirs, ses songes de petite fille hantés par le deuil, tandis que Quentin comble les vides, invente… Et le roman dans le roman apparaît. Quels étaient les secrets de Rashna, cette présence-absence obsédante ? Pourquoi a-t-on retrouvé tous ses bijoux, sauf un, un diamant inestimable ?

L'envol du sari de Nicole Giroud

Éditions Les Escales - Domaine Français

Date de parution : 3 octobre 2019 - ISBN : 9782365694278 - 266 pages - Prix éditeur : 19,90 €  - Également en format numérique


#ÉditionsLesEscales #NicolasGiroud #Parsis #Mumbai #Bombay #littératurefrançaise

#malabarprincess #montblanc #zoroatrisme #catasropheaérienne #rentréelittéraire2019

#Kangchenjunga #crash


http://atasi.over-blog.com/2019/10/l-envol-du-sari-de-nicole-giroud.html



©2020 par L'Inde en Livres - Atasi