"La chemise du domestique" de Vinod Kumar Shukla

Le patron avait besoin d'un domestique. C'était surprenant. Il ne manquait pas de domestiques autour de lui. Mais le besoin peut exister sans le manque. Ainsi la femme du patron possède cinquante saris, cela signifie qu'elle n'en a pas cinquante-cinq. Le besoin ne coïncide pas vraiment avec le nombre. Le besoin a moins de valeur que le nombre. Un bon domestique n'a pas de prix.


Santou Babou débute dans le monde du travail comme fonctionnaire dans un bureau du gouvernement. C'est après avoir trouvé cet emploi qu'il dû se marier et plier bagages pour rejoindre sa nouvelle ville où vivait déjà son ami d'enfance. Santou loue une maisonnette dans Civil Lines appartenant à un docteur réputé de la ville. D'ailleurs ce dernier vit dans le luxueux bungalow attenante à la maisonnette où vit Santou Babou et sa femme.  Santou Babou est préoccupé car avec la mousson, il pleut dans sa maison et il s'inquiète pour leur santé. De plus, son patron qui ne trouve pas de domestique, le charge régulièrement de différentes tâches telles que faire les courses en ville, alors que Santou Babou  doit également être présent au bureau.


----


"La Chemise du Domestique" est l'histoire d'un fonctionnaire vivant avec sa jeune épouse. Il est un "petit" fonctionnaire et a du mal à joindre les deux bouts : son loyer est trop élevé, il achète à crédit chez l'épicier du coin et n'a pas les moyens d'acheter de nouveaux vêtements. Tout le long du roman, le personnage de Santou Babou -  babou signifiant des petits et moyens fonctionnaires - nous livre son quotidien, ses péripéties, ses pensées, son ressentie sur le monde qui l'entoure. "La Chemise du Domestique" donne une image réaliste de la vie quotidienne d'un indien de classe moyenne dans une ville de l'Inde du Nord. Même si le roman a été publié une première fois en 1979, il est fort probable que peu de choses aient changé depuis. A travers son portrait, décrit avec certaine finesse, nous découvrons comment les fonctionnaires au bas de l'échelle même diplômés sont traités par leur employeur et leur supérieur hiérarchique. De nombreux exemples figurent dans le roman, mais le plus marquant est la scène qui a donné le nom au roman, où Santou Babou devient malgré lui domestique de son patron en plus de son travail d'employé pour la seule raison que la chemise de l'ancien domestique de son patron lui allait. Santou Babou se sentira humilier mais malgré son mécontentement que peut-il faire d'autre que d’obtempérer ? C'est une scène illustrant parfaitement le dénigrement dont fait l'objet les employés par leurs chef/patron. Pourtant, ce dénigrement se fera également par le propriétaire de leur maisonnette, qui n'a que faire que ses locataires se retrouvent les pieds dans l'eau.


Santou Babou est un personnage qui peut paraître au début du roman exaspérant, mais on éprouve au fil des pages toujours plus de sympathie pour lui. Il peut paraître au premier abord, un personnage simplet et pourtant il s'avère être un être intelligent, qui se prête lui même à réfléchir sur le monde qui l'entoure, se défendant de dénigrer les personnes étant de plus basse échelle que lui.  Sa situation et surtout son histoire à la fois dramatique mais décrite d'une façon presque comique. Sans rentrer dans l'apitoiement, des choses anodines sont montrées presque en autodérision.

"La Chemise du Domestique" est un roman très intéressant, une belle leçon de vie. A découvrir.


La chemise du domestique

De Vinod Kumar Shukla

Traduction de l'hindi par Nicole Balbir-de-Tugny

L'Eclose Éditions - Date de parution : 8 octobre 2002 - ISBN :  978-2914963008 -  293 pages - Prix éditeur : 23 euros 


#vinodkumarshukla #littératureindienne #auteurindien #auteursindiens #romans

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi