"Le Gourou sur la Branche" de Kiran Desai

Ebahis par la scène dont ils venaient d'être témoins, tout gonflés d'importance par les nouvelles dont ils étaient porteurs, les fidèles s'en revinrent à Shahkot. Il y avait un homme dans le goyavier, un homme des plus remarquables. Qui savait toutes sortes de choses. Les dacoïts, en brigands qu'ils étaient, faisaient chanter le pauvre M. Singh. Le mauvais esprit s'était emparé de l'estomac de Mme Chopra.
Page 83

Sampath Chawla est déjà à vingt ans lassé du monde qui l'entoure, sa famille, son travail aux Postes, sa ville de Shakhot. Il se sent oppressé et a besoin de se sentir libre. Lorsqu'il perd son emploi dans les Postes, après s'être mis en spectacle au mariage de son directeur, dès le lendemain il décide de fuir de la maison en prenant le bus mais sans destination précise. Excédé par la voix d'une vieille passagère du bus, il saute par la fenêtre et va se réfugier sur un goyavier qui se trouve dans un vieux verger à l'abandon et à quelques kilomètres de sa ville. Sa famille ne prendra pas longtemps pour le retrouver, mais Sampath est ferme sur sa décision, il ne descendra pas de l'arbre. La rumeur se répand alors rapidement à travers la ville et au-delà, qu'un baba s'est installé dans un arbre. Commence alors dans le verger des allées et venues de pèlerins et de curieux pour le voir, écouter ses maximes et se faire bénir. Le père à Sampath y voit l'occasion rêver de gagner de l'argent en vendant des offrandes qu'il réutilisera le lendemain, en proposant à des commerces de mettre des publicités autour du verger et d'autres moyens rentables. La famille à Sampath au complet - la père, la mère Kulfi, la soeur Pinky et la grand-mère Ammaji - s'installe alors dans la maison à l'abandon du gardien du verger pour rester auprès de Sampath. D'autres le rejoindront, des langurs qui ont déménagé de la ville, attirés par l'abondance de nourriture. Un jour, ces derniers découvrent le goût de l'alcool après avoir fouillé dans un sac et y prendront goût, au point de terroriser et mettre à sac les pèlerins mais également la ville entière à la recherche d'alcool. Sampath trouvera la compagnie des singes assez agréable mais il regrette la détérioration du verger. Pinky s'ennuie de ne plus défiler au marché et s'amourachera tout de même du vendeur de glaces. Kulfi profitera pour mettre en avant ses talents culinaires aux ingrédients peu ragoûtant. Mais d'autres personnages atypiques interviendront et Sampath ne sera pas près à trouver la paix intérieure qu'il recherche.


"Le Gourou sur la Branche" est un roman qui a été traduit dans de nombreuses langues et a fait connaître son auteur, Kiran Desai, la fille d'une autre écrivain indienne Anita Desai. Le roman est composé de nombreux personnages atypiques et surtout loufoques. Ce n'est pas seulement la famille de Sampath qui l'est, mais l'ensemble des personnages que l'on y rencontre. De même la situation dans laquelle se trouve Sampath l'ai également, il voulait paresser dans un arbre loin de l'agitation quotidienne et se retrouve le "Baba des Singes". Il est loin d'être un saint homme car nombre d'informations sur les habitants de la ville, il les a découvert en lisant le courrier lorsqu'il travaillait à la Poste où ses après-midi il les passait du temps à ouvrir des lettres pour se délecter des secrets des autres. Les babas ou saddhus sont courant en Inde, mais à travers l'enquêteur chargé de démasquer parmi eux les escrocs, on peut s’en douter qu'il y a des personnes qui en profitent pour se créer un autre personnage. Sur le sujet, j'ai tout de suite pensé et préféré le roman de R. K. Narayan "Le Guide et la Danseuse", beaucoup plus subtile et avec des personnages qui pourraient être plus réels. "Le Gourou sur la Branche" met aussi en avant l'importance des singes en Inde, en effet, il n'y a pas de sacrés que les vaches. Les singes sont associés au Dieu-Singe Hanuman et le chasser, même s'il cause des dégâts dans les villes en pillant et en volant, ce sujet reste très controverser en Inde. On trouve dans ce roman nombre d'idées pour "s'en débarrasser" mais on prend conscience qu'aborder ce sujet rassemble les foules. Personnellement, ayant eut l'occasion de comparer le comportement des macaques et des langurs, je préfère, malgré sa physionomie importante ces derniers.

Pour revenir au roman, il reste très intéressant. Les détails sont très nombreux, description des lieux, traits de caractère des personnages, les odeurs, ... Pour une fois, la couverture du livre résume parfaitement le roman et les personnages illustrés sont réellement présent. L'importance de la famille, le rôle important du garçon de la famille, le mariage arrangé, les croyances, la ferveur populaire, etc y est dépeinte. Pour autant, j'avoue que je m'attendais à un roman fabuleux frisant le conte populaire mais je n'ai pas trouver ni l'un, ni l'autre. Il reste cependant agréable à lire, une lecture fluide et loin d'être ennuyeuse. J'ai beaucoup aimé son côté satirique et comique, les maximes débitées par Sampath, les changements de points de vue qui arrivent fréquemment, etc. Un livre idéal entre deux gros romans. ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Révélation : Kiran Desai s'est inspirée de l'histoire vraie de Kapila Pradhan, un homme qui vivait quinze ans dans un arbre



Ahuris, les passagers qui regardaient le paysage tout en poursuivant leur voyage virent Sampath courir comme un fou en direction d'un vieux verger que l'on apercevait, presque en haut de la colline. Il courait avec un sentiment d'urgence, sautant par-dessus les buissons et les herbes folles. Devant lui, il aperçut soudain un arbre, un très vieil arbre, où le silence était retenu par les branches comme une prière.
Page 62-63

En revanche, il apparut très clairement, au fil des jours suivants, que les singes avaient pris goût à l'alcool. Prendre goût, c'est peu dire. Ils l'adoraient. Leur amour avait été aussi soudain qu'explosif, sans doute parce que le destin en avait ainsi décidé. La communauté scientifique s'étaient-elle jamais préoccupée de savoir comment réagissait le langur à l'alcool, s'il y a avait risque de dépendance ? En tout cas, la vérité était là : ils aimaient l'alcool infiniment, passionnément, à la folie ; ils se mirent à fourrager un peu partout avec une audace peu commune qui amena les gens à se demander s'ils n'étaient pas devenus fous.
Page 147


Le Gourou sur la Branche

De Kiran Desai

TItre original : Hullabaloo in the Guava Orchard (littéralement "Raffut dans le verger de goyaviers")

Traduit de l'anglais par Jean Demanuelli

Broché - Éditions Calmann-Lévy - Date de parution : 25 août 1999 - ISBN : 978-2702130124 - 247 pages - Prix éditeur : uniquement en occasion

Poche - Éditions Le Livre de Poche - Date de parution : 4 novembre 2002 - ISBN : 978-2253153344 - 252 pages - Prix éditeur : uniquement en occasion


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Prix : Betty Trask Award en 1998 (prix attribué aux écrivains en herbe de moins de 35 ans et qui résident dans l'actuel ou l'ancien Commonwealth)


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

#kirandesai  

#auteursindiens #auteurindien #littératureindienne #éditionscalmannlévy #calmannlévy #lelivredepoche #livredepoche #Contes #contesphilosophiques

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi