top of page

"Le soleil rouge de l'Assam" de Abir Mukherjee


Un homme religieux pourrait y voir la main de Dieu ou des dieux, et après tout je me trouve dans un ashram dédié à Kali la Destructrice. Tout cela fait-il partie de quelque jugement surnaturel ? On dit que le passé nous rattrape tous. Peut-être m'a-t-il finalement rattrapé [Page 79]


Février 1922


Le capitaine Wyndham de la police impériale de Calcutta a décidé de se guérir de son addiction à l'opium. Sur les conseils avisés de son médecin indien, il rejoint un ashram dans un endroit oublié au fin fond de la lointaine province de l'Assam.

Alors qu'il s'y rend, une ombre dans une gare lui fait remonter un lointain souvenir, celui de son neuvième mois dans la police en tant qu'agent et de ce crime qui a eu lieu dans le sinistre quartier de Whitechapel à Londres. Alors qu'il doit déjà lutter contre son manque d'opium et d'autres fantômes du passé, ce souvenir va hanter ses nuits.

Mais même dans un coin reculé de l'Empire Britannique, de mystérieux décès peuvent alors lieu et généralement lorsqu'on s'y attend le moins. Le capitaine va retrouver quelques uns de ses vieux réflexes et peut-être d'anciennes connaissances ....



Mais en y repensant il est possible que ce soit à partir de là que commence ma propre erreur. Je ne suis pas porté sur la spiritualité mais j'admets qu'il y a quelque chose d'un autre monde à Jatinga. De l'ashram de Devraha Swami aux oiseaux suicide et la mort inexpliquée de Jeremiah Caine, cela ne ressemble à aucun endroit où je suis allé avant. [Page 375].


"le soleil rouge de l'Assam" - "Death in the East" pour son titre original - est le quatrième volet de la série de polar de l'écrivain Abir Mukherjee où il met en scène un capitaine anglais, vétéran de la Grande Guerre, qui exerce dans la police impériale de Calcutta.

Dans "le soleil rouge de l'Assam", toujours de style polar indo-british, Abir Mukherjee nous transporte en Assam - situé dans l'extrême nord-est de l'Inde - et aussi surprenant que cela peut paraître, également à Londres mais vingt années en arrière, en 1905. Londres et le quartier populaire de Whitechapel, qui nous fait presque regretter l'Inde de cette époque, mais qui démontre que les Britanniques pouvaient critiquer l'Inde et traiter ses habitants d'indigènes, sur leur île, la misère était bien présente, ainsi que les trafics de tout genre ainsi que les manigances, sans parler du racisme, notamment à l'encontre des immigrés, juifs. Cet épisode à Londres, tout comme l'enquête que devra résoudre le jeune et encore célibataire Wyndham, nous invite à découvrir une époque et nous permet d'entrapercevoir pourquoi, certains ont choisi de s'exiler ...

Contrairement aux premiers volets, même si Abir Mukherjee y a une nouvelle fois utilisé son style bien à lui, il nous propose un polar plus "soft", plus atténué, moins énergique. Alors que l'on pouvait espérer que son second, le Sergent Banerjee, issu d'une famille bourgeoise bengalie, s'affirme enfin et prenne le premier rôle, il reste un personnage plus que secondaire.

Pour autant, il me hâte de retrouver le capitaine et le sergent mais surtout une Inde où le mouvement pour l’Indépendance du pays devient de plus en plus forte. Hâte de découvrir dans "The Shadows of Men" pour de nouvelles aventures sous d'autres latitudes.





 

"le soleil rouge de l'Assam"

Par Abir Mukherjee

Titre original : Death in the East

Traduit de l'anglais par Fanchita Gonzalez Batlle

Éditions Liana Levi - Date de parution : 2 février 2023 - ISBN : 9791034907250 - 416 pages - Prix éditeur : 21 €

Avec "L'attaque du Calcutta-Darjeling", Abir Mukherjee a remporté

le prix du Telegraph Harvill Secker Crime Writing’ competition en 2014

et le Prix "Le Point" du polar européen en 2020









留言


bottom of page