"Le temps de l'indulgence" de Vijay Madhuri

#madhurivijay #éditionsfaubourgmarigny #marigny #faubourgmarigny #cachemire #bangalore #littératureindienne #littératureaméricaine


WINNER OF THE 2019 JCB PRIZE FOR LITERATURE

SHORTLISTED FOR THE 2019 DSC PRIZE FOR SOUTH ASIAN LITERATURE


Je me suis arrêtée et j'ai levé la tête vers les montagnes. Elles étaient roses, avec des ombres qui couraient comme des fentes profondes le long de leurs versants. J'ai levé la main et tracé leurs sommets vacillants du bout de l'index. Bashir Ahmed se trouvait quelque part dans ces montagnes, me suis-je sévèrement rappelé. C'était pour ça que j'étais venue. Pour le trouver. Pas pour m'attirer les bonnes grâces d'une femme qui ne souriait jamais. [Page 97]


Shalini est une jeune femme, issue de la classe aisée de Bangalore. Alors qu'elle était âgée de 21 ans et vivait loin de la maison familiale, sa mère s'est suicidée. Après trois années de dérive, Shalini décide, sur un coup de tête, de prendre son sac et de quitter Bangalore pour le Cachemire avec pour objectif, retrouver Bashir Ahmed, qu'elle n'a pas revu depuis son adolescence. De Bashir Ahmed, elle ne sait finalement pas grand chose, il n'avait été qu'un marchand ambulant qui venait leur rendre visite lorsqu'il était de passage à Bangalore et qui, a priori, appréciait la compagnie de sa folle de mère.

C'est avec ses maigres souvenirs et une dose d'irresponsabilités que Shalini se rend dans une des régions les plus instables de l'Inde. Ce qu'elle y vivra et verra, marquera à jamais sa vie.



Alors chaque fois que j'ai ressenti le besoin de parler au cours des six dernières années, je me suis répété la même chose. Au final, ça ne changera rien. [Page 14]


"Le temps de l'indulgence", de son titre original "The Far Field" est un roman de l'écrivaine originaire de Bangalore, Vijay Madhuri. Dans ce roman, elle met en scène une femme, Shalini, également originaire de Bangalore et qui a presque le même âge qu'elle. Cette jeune femme nous conte comment elle a surmonté un deuil six ans auparavant, un deuil qui l'avait complètement anéanti .

Pour surmonter son deuil et sans doute, par la même occasion, pour guérir des souffrances de son enfance dues à la folie de sa mère, elle avait décidé de retrouver un homme qui vit Cachemire pour lui annoncer ce décès. Shalini, comme sa mère avant elle, est alors dans une phase autodestructrice. Se rendre au Cachemire, finalement sans objectif précis, de plus sans avoir prévenu qui se soit, sans téléphone et avec pour seul bagage, un sac, est complètement irresponsable, disons même égoïste. C'est pourtant grâce à ce voyage, que le lecteur découvrira le Cachemire, sa situation depuis l'Indépendance, son histoire mais également les autres facettes de cette région finalement peu connu par l'Occident et peut-être par les indiens eux-même. Tout comme le journaliste cachemiri Shahnaz Bashir avec "La Mère Orpheline", Vijay Madhuri nous permet une véritable immersion dans cette région et nous permet d'approcher les cachemiris qui vivent quotidiennement avec une épée Damoclès au-dessus de leur tête.

Shalini ne raconte pas uniquement, sept ans après, son voyage au Cachemire mais nous livre également les souvenirs de son enfance, la folie de sa mère qui rappelle le roman "Nous l'appelions Em" de l'auteur goanais Jerry Pinto, les visites de ce cachemiri et qui deviendra finalement le seul ami de la mère à Shalini, ...


"Le temps de l'indulgence" est un roman où on se laisse bercer par un va-et-vient entre deux époques mais c'est surtout un roman fort, qui nous dépeint un Cachemire qui reste embourber dans des affrontements dont aucune issue semble possible. C'est l'histoire de ces cachemiris, de la ville ou des montagnes, qui, génération après génération, payent le prix fort de ces tensions et qui tentent malgré tout de vivre une vie normale sans savoir ce que le lendemain sera fait. "Le temps de l'indulgence" est un roman qui ne peut que marquer son lecteur, de la folie d'une mère à celui de l'homme.

"Le temps de l'indulgence" permet également de découvrir la magnifique écriture d'une auteure d'origine indienne prometteuse, qui ose parler de sujets tabous et délicats. Une belle promesse de futurs merveilleux romans. Une belle parution de la toute jeune maison d'éditions Faubourg Marigny qui signe là, une très plus belle parution de l'année 2021.



"Le temps de l'indulgence" a remporté le "JCB Prize for Literature" en 2019 et a été sélectionné pour le "DSC Prize for South Asian Literature" la même année.


Ce pays, déjà vieux lors de mon arrivée sur cette Terre en 1982, a changé à chaque instant depuis ma naissance. Des évènements titanesques l'ont déchiré année après année et à chaque fois, il a été raccommodé un peu différemment de la fois précédente, sans que cela ne m'affecte : des premiers ministres assassinés, des guérillas paysannes sur fond de jungles émeraude, des champs à la surface fissurée par la violence de la sécheresse, des bombes nucléaires creusant des cratères dans le vaste désert, une explosion mortelle de gaz s'échappant de conduits pour s'infiltrer dans des dizaines de milliers de poumons, la mafia qui se bat contre la mafia et n'en sort jamais indemne. [Page 13-14]


-------------------


"Le temps de l'indulgence"

De Vijay Madhuri

Titre original : The Far Field

Traduit de l'américain par Typhaine Ducellier

Éditions Faubourg Marigny - Date de parution : 17 août 2021 - ISBN : 978-2490746262 - 480 pages - Prix éditeur : 21 €




Site de l'éditeur : https://www.faubourg-marigny.fr/copie-de-sous-le-ciel-de-maralinga




46 vues0 commentaire