"Madison Square Park" Abha Dawesar

L'impression, fausse, qu'Uma était bien ce qu'elle paraissait être : une jeune pousse, pleine d'entrain et d'insouciance, avec en réserve plus d'amour et de chaleur que toutes les autres rencontrées avant. Elle est enjouée et aimante, mais s'il l'avait vraiment connue, s'il avait été au courant des complications familiales, s'il avait su qu'elle avait toujours du mal à être elle-même, qu'elle faisait des efforts mais en vain, alors en seraient-ils là ? La vie est comme un manteau qu'on accroche sans grande réflexion à la première patère qui dépasse du mur.
Page 93


Voilà cinq ans qu'Uma a décidé de vivre dans une bulle protectrice, un espèce d'univers parallèle qu'elle a créé aux côtés de Thomas pour se protéger de ses vieux démons : ses parents. Cinq années qu'elle cache à ces êtres fous et tyranniques sa relation avec cet homme, ni médecin, ni indien comme eux l'auraient voulu. Mais le plus dur pour Uma est de vivre sa vie avec le poids de son passé. Un passé lourd à porter qui a laissé des blessures toujours béantes et qui ne quitte jamais ses pensées.


Être la fille de, ça fait quoi ? Grandir en Inde ? Partir à l'étranger ? Avoir des parents psychotiques ? Les voir baiser ? Surprendre un homme entrain de quitter la chambre de sa mère ? Croiser la maîtresse de son père. à peine plus âgé que soi ? Regarder sa mère se casser le bras. Voir un flic sur le seuil, qui promet sécurité et protection, et ne pouvoir l'accepter ? S'entendre dire encore et toujours qu'il faut la fermer car l'on est bête ? Être fiancé à un homme qui vous veut dans le seul but d'obtenir un passeport ? Savoir que, dans le théâtre de ses parents, on est surtout un jouet, une chose hybride, entre le jouet et l'animal domestique ?
Page 231


Aujourd'hui la vie va devoir prendre un nouveau tournant car Uma n'est plus une enfant dépendante uniquement de la bonne ou mauvaise volonté de ses parents. Ses parents qui l'ont à la fois infantilisé tout en, à l'opposé, plongé dans un monde adulte où il n'y a pas de place pour l'innocence et la beauté de la vie. Uma a désormais trente ans, une carrière au cœur de Manhattan et elle est enceinte de Thomas. Aura-t-elle la force de garder cet enfant et de lui donner une vie équilibrée alors qu'elle n'y arrive même pas pour la sienne ? Ou prendra-t-elle la décision d'avorter pour ainsi repousser l'échéance, celle d'avouer à ses parents sa vraie vie et ses propres désirs ? Ces obstacles auront l'effet pour elle d'être insurmontables mais ils se révèleront indispensables afin qu'elle puisse jouir du moment présent et de la vie tout simplement. Malheureusement, certains obstacles peuvent en cacher d'autres et se révéler plus infranchissables. Mais Uma pourra toujours compter sur Thomas pour les traverser.



"Madison Square Park" représente tout l'univers de son auteur Abha Dawesar. En le lisant, l'on ne peut que se remémorer ses précédents romans, leurs personnages et leurs lieux, sans pour autant que cela soit répétitif et rébarbatif. Avec "Madison Square Park", je trouvais que l'on y retrouve un roman plus terre à terre que les précédents. En effet, Abha Dawesar est une auteure contemporaine qui n'hésite pas à casser les codes de la littérature et à s'essayer différents styles qu'elle maîtrise parfaitement mais qui peuvent dérouter son lecteur peu habitué à ce genre de pratique littéraire. De plus, ses romans sont truffés de détails très souvent licencieux. Pour sa part, "Madison Square Park" ne déroge pas à la règle, il suffit de lire à peine deux pages ... Pour autant, dans sa globalité il reste plus "soft", plus léger, que les précédents romans, le sujet général, assez sérieux, ne s'y prêtant par forcément. C'est pourquoi, je pense, qu'Abha Dawesar, pour rester fidèle à son style, a inséré dans ce roman, quelques extraits d'une pièce de théâtre assez crue dans laquelle joue Thomas avec ses amis. Dans "Madison Square Park", les liens familiaux ont une place prédominante, ceux du sang bien sûr mais surtout ceux des gênes. Ces derniers peuvent cacher un mal qui peut causer bien plus de dégâts que l'excentricité de parents car ils ont des répercussions sur le futur. De plus, ils lévèront le voile sur un lourd secret. Tout le long du roman, nous retrouvons Uma qui est à la quêté d'une identité qu'elle a énormément du mal à trouver. Thomas sera là pour l'aider mais Uma est très traumatisée par les souvenirs construits auprès de ses parents et est toujours affectée, c'est pourquoi elle se trouve dans un profond mutisme. "Madison Square Park" est un roman parfaitement orchestré et magnifiquement bien écrit. Le roman est composé de deux parties qui s’entremêlent, sans perturber le court du roman. On y retrouve le moment présent à travers deux narrations, celle d'Uma et celle de Thomas, chacun nous confiant ses points de vue et ses sentiments. La seconde, en italique, sont des retours en arrière et nous plonge dans les souvenirs indiens ou américains d'Uma. Ces souvenirs permettent de découvrir les expériences traumatisantes d'Uma qui ont eux lieu principalement alors qu'elle vivait auprès de ses parents. Ces deux tableaux permettent au lecteur d'être plongé entièrement dans le roman et de découvrir les recoins les plus sombres de certains personnages qui ne vous laisseront pas indifférents notamment les parents à Uma. "Madison Square Park" est une bouffée d'air qui nous transporte à New-York avec quelques brefs passages dans la culture indienne. On y retrouve un concentré de tout le talent d'auteur d'Abha Dawesar et c'est assez plaisant. "Madison Square Park" est un roman à dévorer sans attendre.


Cela fait presque cinq ans que je vis à New York avec un blanc dans une seule pièce et mes parents ne sont pas au courant ; ils espèrent encore me voir épouser un gars du pays qu’ils auront choisi. Je me sens plus éloignée d’eux que je ne le suis de l’Inde.
Page 17



On lui avait appris qu'il fallait respecter les différences. Les différences culturelles étaient sacro-sainte. [...] D'autres cultures, d'autres façons de faire les choses, d'autres systèmes économiques, d'autres principes, tout cela valait le monde occidental. A maintes reprises, l'homme blanc avait imposé sa vision du monde et l'histoire lui avait montré ses erreurs. Face aux révélations d'Uma, Thomas avait réagi de la seule manière possible à ses yeux : s'efforcer de la connaître mieux encore.
Page 94



Madison Square Park

Abha Dawesar

Titre original : Madison Square Park

Roman traduit de l'anglais (États-Unis) par Laurence Videloup

Éditions Héloïse d'Ormesson - Parution le 6 avril 2016 - ISBN : 978-2-35087-354-1 - 336 pages - Prix éditeur : 21 €

Également en format poche - Collection 10/18 - Date de parution : 5 mars 2020


#éditionshéloïsedormesson #héloïsedormesson #abhadawesar #diasporaindienne #newyork #madisonpark #romans

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi