"Notre famille" de Akhil Sharma

L'autre raison pour laquelle il désirait de partir était qu'il voyait l'Occident briller des mille feux étincelants de la technologie. En Inde, dans les années cinquante, soixante et soixante-dix, les avancées scientifiques étaient comme magique. Je me rappelle que lorsque nous allumions la radio, les voix d'abord lointaines venaient ensuite nous sauter au visage, et nous avions la sensation que la machine déployait un effort spécial juste pour nous.
Page 11

"Notre famille" est un roman inspiré de la propre expérience de son auteur Akhil Sharma. Une écriture qui a duré dix ans, valu sept mille pages pour un roman qui n'en comportera au final que 224 pages. C'est à 8 ans, qu'Ajay quitta son Delhi natal avec sa mère et son frère aîné pour rejoindre l'Amérique où vivait depuis un an le père de famille. Mais à peine deux ans après leur installation dans ce nouveau pays, la famille vit un drame à travers Birju, le frère d'Ajay. Suite un accident, ce dernier souffre de graves lésions cérébrales irréversibles et obligera sa famille à changer les plans qu'elle avait pour cette nouvelle vie en Amérique. Le père s'enfoncera de plus en plus dans l'alcoolisme. Ajay trouvera d'abord refuge dans les prières et les discussions avec Dieu. Mais les livres resteront sa grande passion : les livres dont le héros était un jeune homme doté de pouvoirs magiques, des ouvrages de science-fiction et d'imagination. Il apprendra à découvrir un auteur américain et rêvera de s'échapper de ce malheur par l'écriture.

Le lecteur suivra une dizaine d'année le personnage d'Ajay. Il ne pourra qu'être touché par cette famille qui, après avoir subi un choc culturel en quittant leur Inde natale, est confrontée à la quasi-perte d'un enfant, d'un frère. Un déménagement vers un pays offrant des perspectives d'avenir pour les enfants qui se transforme en cauchemar et où chacun se réveillera différent et vivra ce bouleversement à sa manière. A travers l'écriture de "Notre famille", le lecteur pourra constater que Aknil Sharma a écrit ce roman avec la profondeur de son être. Il a su rétablir l'innocence de l'enfance à travers le personnage d'Ajay qui ne réalisera la gravité de l'état de son frère comme le prouve ses pensées peu de temps après l'accident "Ma mère aurait pitié de lui et lui ferait un cadeau" et "S'il mourait, je deviendrais le fils unique". Un enfant qui refoulera ses peurs et son anxiété devant les nombreux changements qui auront lieu au sein de sa famille. Ajay qui se battra pour se faire une place chez lui comme à l'école. Le lecteur découvrira également la difficulté de cette famille qui préférera rester avec d'autres membres de la communauté indienne, une communauté qui comptera au fil des années de plus en plus de nouveaux émigrants. Le roman abordera le sujet de l'handicap et de l'alcoolisme. L'écriture est simple mais très en harmonie avec un récit s'inspirant d'une histoire personnelle. Un bouleversant roman sur le sujet de l'exil  où leur nouvelle vie sera loin de les ménager.



Au spectacle de cette eau chaude qui se répandait l'air de rien, comme si elle était inépuisable, j'eus l'impression d'être plongé dans un conte de fées, dans l'une de ces histoires de cruche toujours pleine de lait ou de sac éternellement rempli de nourriture.
Page 30

Ma mère, Birju et moi étions convaincus qu'on faisait les hot dog avec de la viande de chien. Nous avions même discuté de la partie de l'animal utilisée et avions conclu que c'était probablement la queue. Mon père, rentrant alors à la maison, s'esclaffa nous entendant.
Page 32

Au milieu de cette cuisine, je compris soudain que nous ne rentrerions jamais en Inde, que nous resterions sans doute toujours en Amérique. Cette idée me troubla. Je me rendis compte qu'un jour, je serais différent de ce que j'étais actuellement. Je me sentis très seul.
Page 98

A mesure que j'avançais dans ma lecture, j'étais de plus en plus heureux. Une vie où l'on voyageait, où l'on faisait ce qu'on voulait, c'était, me semble-t-il, un peu comme être riche.
Page 153


Notre famille

Auteur : Akhil Sharma

Titre original : Family life

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Paule Guivarch

Éditions de l'Olivier - 228 pages - EAN : 9782823603873 - Prix éditeur 19,50 €

Parution : 8 janvier 2015


#éditionsdelolivier #olivier #akhilsharma #littératureindienne #diasporaindienne #auteurindien #auteursindiens #romans #éditions1018

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi