• Véronique Schauinger

"Un membre permanent de la famille" de Russell Banks

Mis à jour : mai 4

Petites scènes de vie avec comme toile de fond les États-Unis, douze nouvelles où l'on retrouve quelques fois monsieur et madame tout le monde, souvent des histoires banales mais aussi des histoires qui le sont moins, un coup de la plume de Russel Banks et elles se transforment en agréables histoires, quelquefois très palpitantes et gare à certaines chutes. Au programme : solitude, déception, rêves brisés, vies qu’on s’inventent, qu'on déchirent ou qu'on abandonnent, belles et mauvaises rencontres, divorces, … et de gentils toutous (ou presque), fidèles compagnons et membre imminent et permanent de la famille jusqu'à leur mort. Père fauché et braqueur de banque ; un membre permanent de la famille, une chienne, qui décide de suivre son maître lors de la séparation du couple ; un homme invité à la fête de Noël de son ex-épouse dans sa nouvelle merveilleuse demeure et vie, de quoi raviver les flammes de la jalousie d'un ex-mari cocu ; un transplanté du cœur qui découvre pour qui ce dernier a battu dans le corps d'un autre homme ; une "fraîchement" veuve qui ne souffre pas de l'absence de son regretté époux sous le soleil de Miami ; un homme qui veut annoncer une grande nouvelle pour l'évolution de sa carrière d'artiste et qui se retrouve avec des amis indifférents ; une femme qui veut acheter une voiture dans une concession automobile avant sa fermeture ; un homme qui va acheter le journal pour consulter sa rubrique immobilière et y trouver un nouveau logement ; un homme et une femme qui parcourt l'Amérique et qui viennent de perdre leur chien ; un homme qui retrouve une femme avec qui il a presque eut une aventure douze ans auparavant ; une histoire échangée à propos d'une certaine Veronica dans un aéroport de Portland ; un bar dans un casino et une mauvaise rencontre.


Une couverture attendrissante avec ce chien qui regarde à travers les vitres d'un camion de food-street américain et à l'intérieur de sacrées nouvelles touchantes, tristes, attendrissantes, cruelles, ... Russell Banks n'ajoute dans ses nouvelles aucun artifice, il extrait juste la richesse de ses personnages et nous la dévoile. Aucune ne se ressemble, chacune à sa propre personnalité, chacune dégage une émotion différente, chacune est unique.

D'un geste rapide, comme si elle avait répété, la jeune femme la posa précisément sur l'incision du thorax. Puis elle ferma les yeux et écouta. Des larmes coulèrent sur ses joues. Howard l'entoura de ses bras, l'attira contre lui et, se sentant alors trembler comprit qu'il pleurait à son tour. Plusieurs instants s'écoulèrent, puis la femme ôta de ses oreilles les embouts du stéthoscope et pressa le côté gauche de sa tête contra la poitrine d'Howard. Ils restèrent ensemble un long moment, secoués par le vent qui venait du port, chacun serrait l'autre dans ses bras en écoutant le cœur d'Howard.
page 71-72

Elle s'assoit sur le capot et déclare à Blue en face qu'elle va marcher jusqu'au portail de la clôture et qu'elle va tenter de l'escalader. "Désolée de te quitter, mon vieux Blue, mais il faut que je rentre chez moi, explique-t-elle. Je dois travailler demain et j'ai besoin de dormir."
page 162


Il la jauge du regard tandis qu'elle se faufile entre des inconnus ; elle ne se dirige pas vraiment en ligne droite vers le coin de la grande salle de bal où il se trouve, mais elle s'arrête pas non plus pour humer les roses. Il aime bien lire les gens de loin - c'est l'expression qu'il emploie, "lire les gens". Lecture rapide.
page 181





Un membre permanent de la famille

De Russel Banks

Titre original : A Permanent Member of the Family

Nouvelles traduites de l'américain par Pierre Furlan

Éditions Actes Sud - Date de parution : 7 janvier 2015 - ISBN : 978-2330038908 - 240 pages - Prix éditeur : 22 €


#éditionsactessud #actessud #russelbanks #auteuramérician #auteursaméricains #littératureaméricaine

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi