"Un nouveau monde" de Amit Chaudhuri

Les luchis continuaient d'arriver. Si elle avait vécu au dix-neuvième siècle, sa mère aurait pu, en dépit de la pâleur de son teint et de son air parfois épuisé, vivre épanouie dans sa cuisine : seule et heureuse de l'être, à l'écart des turbulences de l'histoire et de ses retombées sur la vie d'individus anonymes.
Page 47

Jayojit, enseignent économiste en Amérique, est en séjour chez ses parents à Calcutta, le temps des vacances universitaires, avec son fils Vikram dit Bonny. Bonny, dont il a enfin obtenu la garde alternée après une lourde bataille judiciaire qui a eut lieu sur les deux continents ; son ex-compagne avait au début fait le nécessaire afin que Jayojit soit totalement séparé de son fils de 7 ans en allant vivre à l'autre bout des États-Unis. Jayojit malgré ses fréquents séjours chez ses parents, a du mal à trouver ses repères dans l'appartement où ils vivent désormais depuis que son père, l'Amiral est à la retraite. Cet appartement, cet immeuble et les allées aux abords sont une source continuelle de découverte pour lui. Mais malgré son séjour près des siens, il a du mal à prendre ses repères, il ne cesse de se remémorer l'échec de son mariage et se demande ce qui lui réservera son futur, un futur où il ne pourra passer que très peu de temps avec Bonny.


Amit Chaudhuri a écrit cette histoire, sans aucun doute, en se basant sur sa propre expérience. Lui aussi est allé vivre un certain temps non pas aux États-Unis mais en Angleterre. Ses parents après avoir vécu aux quatre coins de l'Inde, ont emménagé à Calcutta à la retraite, dont ils sont originaires. Et enfin, Bonny est surement une allusion à la jeunesse de Amit Chaudhuri, lequel passait ses vacances à Calcutta auprès de ses oncles. C'est justement, cette inspiration sur sa propre expérience qui rend "Un nouveau monde", un roman attendrissant. Chaque personnage est attachant. Jayojit divorcé et qui fait un bilan sur sa vie ; Bonny qui intervient dans chaque scène et qui a l'affection des membres de sa famille ; l'Amiral avec sa carrure et sa prestance d'ancien militaire, près de ses sous et qui derrière son épaisse carapace se cache un être sensible et aimant ; Madame Chatterjee la mère, qui profite de la visite de son fils et de son petit-fils pour les couver. Outre le fait que le roman est marqué par le rythme de vie de la famille Chatterjee, quelques autres personnages font de temps en temps irruption dans ce roman. Dr Sen, docteur à la retraite ou Madame Gupta, veuve qui aime promener avec son loulou des Poméranie (plus connu sous "spitz nain"). L'on y découvre à travers la vie dans cet immeuble, la mixité ethnique qui s'y trouve, "un masala" souvent relaté lorsqu'on lit des livres sur Calcutta, le Bengale et d'Amit Chaudhuri.

"Un nouveau monde" met en avant les relations entre parents et enfants. Le lecteur découvrira l'interaction de Joyojit avec ses parents, la relation de ses parents et sa propre relation avec eux. Mais leur façon de faire, reste malgré tout très peu démonstrative et réticente. Les flashbacks donneront un peu de peps au roman, nourrira la curiosité de son lecteur qui souhaitera sans doute connaître plus de détails sur l'ex-épouse de Jayojit et permettra de connaître des petites anecdotes. "Un nouveau monde" est une histoire captivante et loin d'être ennuyeuse, malgré qu'il s'agit simplement du récit du séjour de Joyojit chez ses parents avec son fils durant les jours les plus chauds qui annoncent l'arrivée imminente de la mousson. Un nouveau monde ou plutôt un autre monde ?


C'est à ce moment-là, se souvenait l'Amiral, que s'était posée la question de savoir ce que cela voulait dire, d'être "indien". Jusque-là, la question n'avait guère inquiété Jayojit ou l'Amiral Chatterjee, sinon à des moments de crise ou de choix politique, comme un conflit e frontière ou des élections par exemple, ou à l'occasion de célébrations populaires, quand il semblait justifié de se moquer de "l'indidanité", ne serait-ce que pour se différencier de la multitude.
Page 104


Il se mit à chercher au hasard ; nota la devise "Everyman, I will be thy guide" ; contempla, sceptique, certains livres d'auteurs indiens. Non seulement ils ont l'air léger, mais ce sont de vrais poids plume, se dit-il, en soupesant un dans la main. Il saisit une édition de poche d'Un garçon convenable avec un air théâtral dont personne ne fut le témoin.
Page 115

En ce qui concernait les appareils ménagers, entre ses parents, il y avait divergence ; son père s'en méfiait comme d'un rival ; sa mère manquait de confiance pour s'en servir - ce qui ne l'empêchait pas d'en avoir envie. Ici, l'utilité d'une machine ne faisait aucun doute ; sauf que le prix était probablement trop élevé pour eux. Jayojit proposa de leur en offrir une.
Page 120

Un nouveau monde

De Amit Chaudhuri

Titre original : A new World

Roman traduit de l'anglais (Inde) par Simone Manceau

Éditions Philippe Picquier - Parution : 26 octobre 2007 - ISBN : 978-2877309691 - Pages : 224 - Prix éditeur : / (uniquement en occasion)

Prix : Sahitya Akademi Award (anglais) en 2002



#éditionsphilippepicquier #philippepicquier #amitchaudhuri #littératureindienne #auteurindien #auteursindiens #calcutta #romans #simonemanceau

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi