top of page

"Age of Vice" de Deepti Kapoor


Penche-toi sur ton histoire, mec. Vous nous avez pillés, vous nous avez tout pris, vous nous avez volé nos trésors. Et maintenant vous nous regardez en disant "Vous êtes des gens d'une grande spiritualité, d'une immense sagesse, vous êtes si sages, vous êtes si ... simples". Ouais, on est simples, connard. On va simplement te détruire. [...] "Moi, ce que je vous dis, c'est que .... Nous allons transformer cette ville, nous allons transformer ce pays, nous allons changer nos vies, nous allons transformer ce monde ! C'est le siècle de l'Inde. Notre siècle ! Ça personne ne nous l'enlèvera ! [Page 212]

Bienvenue en pleine ère du Kali Yuga, l'âge sombre, l'ère de la perte, l'ère du vice. Ami ou ennemi chacun pousse à la perte de l'autre.


New Delhi, rocade d'Inner Road,

février 2004, 3 heures du matin.

Alors qu'ils dormaient sur le bas-côté, cinq journaliers sont fauchés et traînés sur une dizaine de mètres par une Mercedes. Au volant de l'automobile appartement au fils unique d'un maharaja du Madhya Pradesh, Anju, qui sera immédiatement incarcéré dans la prison de la ville pour conduite en état d'ivresse qui a conduit la mort de ces cinq innocents.

Que s'est-il passé durant cette nuit froide, durant laquelle un jeune homme originaire de l'Uttar Pradesh, vendu enfant à des propriétaires terrains des montagnes puis qui est allé à Delhi pour devenir le fidèle et irréprochable domestique de Sunny Wadia est retrouvé au volant de ce SUV ?

Sunny Wadia est l'héritier des Wadia. Il est le fils unique de Bunty Wadia, un homme influent, intensément riche, mystérieux et pourtant craint car il tire les ficelles de vastes réseaux et de trafics. Sunny est le jeune homme que tout le monde veut rencontrer et fréquenté, tant il est généreux, solaire et qu'il dépense sans compter. Sunny n'a pas trop de choses à faire dans sa vie, à pars faire la fête, se droguer et boire. Contrairement à son père, très discret dans les médias, Sunny fait régulièrement la une des tabloïds et est critiqué pour ses projets d'aménagements fonciers. Sa vie va changer lorsqu'il rencontrera Neda, une jeune femme journaliste, qui est loin de ressembler à ses nombreuses conquêtes.


"Les chaînes de l'existence doivent être suffisamment fragiles pour pouvoir se rompre." Elle l'embrassa. "Et, au départ, suffisamment solides pour nous porter." Elle avisa les étoiles. "A propos ... Bon anniversaire." [Page 368]


Dans "Age of Vice" - tout comme dans son précédent roman traduit en français "Un mauvais garçon*" - l'autrice indienne Deepti Kapoor, qui a étudié le journalisme et la psychologie, offre à ses lecteurs, une immersion dans une Inde sans filtres, une histoire sans pincettes sur fond de corruption.

Même si l'Inde a tenté à de nombreuses reprises de diminuer la corruption, comme en 1991 en voulant la libéralisation de l’économie, aujourd'hui elle fait toujours partie intégrante de la vie quotidienne. Les mesures mises en place font l’effet inverse en favorisant l’augmentation de pratiques illégales, ce qui fait que le pays figure au 85ème rang des États les plus corrompus selon le dernier indice de Transparency International;

A l'image d'Anju dans "Age of Vice", ce fléau touche majoritairement les populations les plus défavorisées et favorise aux riches comme les Wadia. Avec "Age of Vice", Deepti Kapoor décrit le quotidien de ces enfants de nouveaux riches, qui le sont devenus grâce à des affaires illégales de leurs parents : politiciens, gangsters, hauts gradés, ... Sunny a tous les vices de ces nouveaux riches : il dépense sans compter, vit dans la décadence, complètement décalé de la réalité, il est un grand consommateur de drogues et d'alcools, ... Dans leur vie, les détournements de fonds, les meurtres, les règlements de comptes, les manigances, la corruption font partie intégrantes de leur vie, quit à faire accuser leur domestique pour des crimes qu'ils ont commis, comme pour ce qui arrive à Anju.

Anju vit dans la parfaite misère et a connu une jeunesse effroyable car sa famille est pauvre et intouchable, une vie complètement à l'opposé de celle de Sunny, qui profite de la misère pour exploiter cette minorité et contrôler la vie des miséreux.

"Age of Vice" décrit la vie de plusieurs personnages sur plusieurs années : Ajay qui a dû toujours lutter pour survivre et devenir enfin quelqu'un ; Sunny, le fils d'un entrepreneur qui est également un politicien véreux et Neda. Les trois vies de ces protagonistes - plus des personnages secondaires qui rajouteront de la poudre à la bombe - s'entremêleront dangereusement. Tous mettront un bazar sans nom, iront droit au mur et leurs décisions et leurs faits auront des conséquences désastreuses pour eux-mêmes mais surtout pour les autres. Même si un premier pan est révélé dans "Age of Vice", il faudra au lecteur à patienter pour connaître la suite des évènements. En effet, "Age of Vice" est le premier volet d'une trilogie, qui se révèle d'ores et déjà un véritable ouragan dans le monde littéraire.

Même si des romans comme par exemple "Le Tigre Blanc" d'Aravind Adiga ou "Le Seigneur de Bombay" de Vikram Chandra ont permis à des lecteurs de voir une Inde sombre, "Age of Vice" est un roman bien plus sombre, bien plus noir, bien plus fort, bien plus immersif et explosif que tous les romans que vous aurez lu jusqu'à présent. Deepti Kapoor n'y va pas avec le dos de la cuillère pour nous faire voir son Inde, l'Inde brutale, ses dogmes, sa politique, ... Une Inde où tout va à vau-l'eau.


* traduit et publié en français en 2015 et qui a faisait partie de la sélection du prix Médicis étranger


"Age of Vice"

De Deepti Kapoor

Titre original : Age of Vice

Traduction de l'anglais (Inde) par Michèle Albaret-Maatsch

Editions Robert Laffont - Date de parution : 12 janvier 2023 - ISBN : 9782221251720 - 594 pages - Prix éditeur : 22,50 €




Comments


bottom of page