"Grandir" de Firdaus Kanga

Je ne vivais pas seulement avec cette bande de dingos, je vivais aussi avec l'ostéo, ou pour donner à ce démon son titre complet, avec l'osteogenesis imperfecta. Être différent de la plupart des gens, l'idée me plaisait. Elle me titillait. Titillé, cependant, j'étais loin de l'être quand il me fallut venir au monde en hurlant de douleur.


Brit a grandi auprès de parents aimants, Sera et Sam, et d'une grande sœur Dolly totalement dévouée. Ensemble, ils habitent dans un immeuble de Bombay au confluent de la Chaussée, dans une de ces ruelles qui serpentent jusqu'à la promenade Apollo d'où l'on peut apercevoir l'hôtel Taj Mahal . Même s'ils sont parsis, les Kotwal pratiquent peu la religion ; même s'ils sont indiens, ils sont plutôt anglophiles ; même s'ils s'en sortent financièrement, Sera aime avoir des réserves au point de transformer l'appartement en entrepôt de supermarché.


La seule particularité de cette famille unie et résolument moderne dans bien des domaines, est que Brit est né avec la maladie des os de verre. Brit est d'une extrême fragilité et peut se rompre les os assez facilement. De plus, Brit dont sa taille ne dépassera jamais le mètre vingt ne pourra jamais marcher et devra se déplacer en fauteuil ou se faire porter. Pourtant Brit est un garçon extrêmement intelligent qui aiment se noyer dans les livres et qui a des facultés à apprendre sans aucune difficulté peu importe le domaine. Mais la vie ne s'arrête pas à l'épanouissement intellectuel. Pour grandir et vivre, Brit sera très impatient de découvrir d'autres plaisirs de la vie : l'amitié, l'amour et les relations intimes.



"Grandir" (titre original : "Trying to grow", essayer de grandir) est un roman en partie autobiographique. Son auteur, Firdaus Kanga, y raconte les souvenirs de sa jeunesse à travers le personnage de Brit, souffrant tout comme lui de la maladie des os de verre. Brit est son nom usuel mais son nom officiel est Daryus, un prénom parsi. Ses parents préféraient un nom usuel à consonance anglophone pour leur enfants et c'est ainsi qu'ils choisirent pour Daryus, Brit, de "brittle", "fragile". A travers ce roman, les vingt premières années de la vie de Brit s'égrainent. L'on y découvre un Brit qui s’épanouit dans un environnement où il n'y a pas l'ombre d'un nuage, mais un beau jour l'équilibre précaire sur lequel le foyer s'était construit vacille pour partiellement s'effondrer. Le roman prend alors une autre tournure et fait alors plus que jamais allusion à son titre : "grandir". Ce verbe à l'infinitif prend alors tout son sens et se retrouve nicher dans chacune des pages. Comment Brit pourra entreprendre sa vie d'adulte ? Pourra-t-il tomber amoureux et avoir une histoire d'amour avec une femme et pourquoi pas un homme ? Comment Brit se débrouillera-t-il le jour où sa sœur se mariera et ses parents ne seront-ils plus de ce monde ? Comment Brit grandira-t-il ? De nombreuses questions et bien d'autres auxquelles le courage et la détermination de Brit seront répondre en temps voulu. Brit a une très grande force de caractère, il est intelligent, attachant et malin. Ce n'est pas l'ostéo, le surnom qu'il donne à sa maladie (l'osteogenesis imperfecta) qui aura le dernier mot et nous prouve à travers les lignes de ce roman que rien n'est impossible.





"Grandir" est un magnifique roman qui nous transporte des quartiers de Colaba à Malabar Hill : ses Jardins Suspendus et son Temple du Feu. En lisant ce roman, nous ne pouvons que se remémorer les romans de Rohinton Mistry qui lui aussi nous transportait au cœur de la communauté parsi de la ville afin de mieux les connaître.


"Grandir" est une fabuleuse ode à la vie pleine d'humanité. Il vous apprend qu'on peut s'aimer quelque soit l'image que vous projetez ou qu'on vous donne. Mais c'est surtout une vraie leçon sur l'amitié, les relations humaines et la vie.









Le roman a été publié pour la première fois dans sa version originale en 1990. Il a été adapté au cinéma en 1997 sous le nom de "Sixth Happiness" et réalisé par le réalisateur anglo-indien Waris Hussein. Firdaus Kanga y joue son propre rôle.


Le plus dur, c'était la nuit. L'insomnie lâchait mes pensées sur les chemins les plus extravagants. Autour de moi, la vie avait déserté l'appartement. Personne pour me distraire de quelques mots chuchotés. Dolly, Sera et Sam, aussi épuisés que leur enfant rompu, dormaient à rendre fou un insomniaque. L'un d'eux, soudain, s'éveillait, demandait si je voulais boire une gorgée d'eau, et je disais oui, même sans envie, car, à simplement faire quelque chose, n'importe quoi, il semblait que tout allait s'arranger. Je posais des questions saugrenues : [...] Je récoltais des réponses lasses, un baiser affligé, et je regagnais seul, en rampant, la chambre de torture.

Grandir

De Firdaus Kanga

Titre original : Trying to Grow

Roman traduit de l'anglais (Inde)  par Jean-François Gallaud

Éditions Philippe Picquier - En format broché et poche - Parution en 2002 - ISBN : 978-2877306188 - 351 pages - uniquement en occasion


#FirdausKanga #éditionsphilippepicquier #philippepicquier #mumbai #bombay #littératureindienne #auteursindiens #auteurindien #parsis #handicap #handicapé #homosexualité

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi