"L'Odeur" de Radhika Jha




Quand son père est assassiné, brûlé vif, dans son magasin durant les émeutes qui eurent lieu à Nairobi au Kenya, la vie de Lîla, dix-huit ans, change de cours.

Avec sa mère et ses frères, Lîla doit quitter le Kenya. Lîla est envoyée en France alors que sa mère et ses frères vont vivre au Royaume-Uni.

Lîla doit habiter avec un oncle et son épouse en surpoids en banlieue parisienne. Son oncle gère une épicerie indienne dans le quartier de la Chapelle à Paris alors que son épouse reste à la maison. Lîla, qui n'aura pas le droit de sortir, commencera à être au service de cette dernière avant de se retrouver, après une dispute, au magasin où elle devra donner un coup de main à son oncle.

Après que Lîla livrait un client car son oncle était occupé à l'arrière-boutique avec une de ses maîtresses, on lui reproche d'avoir une liaison avec ce client, ce qui était faux. Lîla fugue et grâce à Lothi, la fille des amis à son oncle, elle trouve refuge chez Maeve.

Maeve est une jeune femme qui aime sortir et avoir des aventures avec des hommes. Lîla commencera à se faire de nouveaux amis et deviendra, un temps, la favorite d'un riche parisien plus âgé qu'elle. Une relation toxique qui amorcera l'autodestruction de Lîla.



"L'Odeur" est l'histoire d'une jeune femme d'origine indienne née au Kenya qui possède un don d'olfaction. Après une enfance heureuse, elle se voit arracher à sa famille pour vivre dans un pays étranger auprès de personnes qui le sont tout autant.

Derrière ce titre intriguant, "L'Odeur" - pour lequel l'autrice Radhika Jha a emporté le prix de la Fondation Guerlain en 2002 - se cache un roman qui se lit bien mais pour lequel il est assez difficile d'avoir un coup de cœur. L'histoire de Lîla est trop éloignée de l'image que l'on se fait des jeunes femmes en général et encore plus de celles d'origine indienne car les valeurs familiales y sont totalement absentes, Lîla ayant été abandonnée par sa mère et après la nième dispute avec son oncle, ce dernier ne fera pas grand chose pour récupérer la jeune femme. De plus, le histoires vécues par Lîla sont trop rocambolesques pour paraître vraies. Avec cette lecture, nous sillonnons Paris dans tous les sens et nous y découvrons la vie de la jeunesse parisienne. Lîla, qui a vécu plusieurs chocs d’affilié et l'abandon, est facilement manipulable et se laisse entraîner dans une spirale infernale. Son don d'olfaction la mettra en garde mais Lîla ne tiendra pas compte de ces alertes. Dans ce roman Radhika Jha traite des sujets comme par exemple de la xénophobie et du racisme, mais il comporte nombre de clichés, ce qui rend le roman finalement assez indigeste. Il a le mérite de parler de ces indiens qui vivent en Afrique et de la situation du Kenya à la fin des années 1990, l'époque où ce roman a été écrit. Au moins, une bonne chose, en plus de cette excellente traduction réalisée par Dominique Vitalyos.




"L'Odeur" de Radhika Jha

Titre original : Smell

Traduit de l'anglais (Inde) par Dominique Vitalyos

Editions Philippe Picquier - En format broché, poche et e-book