"La danse des paons" de Sharon Maas

#Littératureindienne #littératureguyannaise #sharonmaas #guyane


Rita était seule à la maison quand l'inconnu se présenta. C'était un samedi matin. Isabelle était partie avec sa mère pour une séance de photos et Ronnie était au journal. Rita lisait dans sa chambre quand elle entendit un premier coup de sonnette, puis, comme elle ne répondait pas, un deuxième. Elle se leva en bougonnant, descendit avec son livre, un doigt en guise de marque page, et alla ouvrir. Elle vit tout de suite qu'il n'était pas comme les autres Indiens, même si, en apparence, il ne se distinguait en rien de ceux qu'elle connaissait. [Page 233]





Rita Maraj est une métisse guyanaise. Son père Ronnie est d'origine indienne et sa mère était elle-même une métisse issue d'une humble famille de la campagne mais elle mourut aussitôt après l'accouchement.

Les premières années de sa vie, Rita les avait passé auprès de sa famille maternelle, mais son père l'a récupéré peu après le décès de la grand-mère paternelle qui ne voulut pas de l'enfant. Rita avait alors cinq ans.

Rita grandit dans ce qui fut autrefois une magnifique demeure familiale de Victoria Street à Georgetown. Ronnie étant endetté, la maison n'était plus entretenue, tout comme le jardin adjacent. Mais la petite Rita n'en fut pourtant pas malheureuse. Entre elle et son père, il y avait une grande complicité et ce dernier laissait l'enfant faire ce qu'elle voulait. Rita transforma alors le jardin en friche en véritable arche de Noé et n'hésitait pas à recueillir en son sein, les animaux en détresse. Rita faisait l'admiration de ses petites camarades et la fierté de son père, journaliste.

Mais ce bonheur prit fin, lorsque son père se mit en couple avec Maryline, qui détestait tout ce que Rita aimait et avec cela, Rita.

Maryline remit en état la maison ainsi que le jardin, mettant ainsi fin au monde autour duquel Rita s'était construit. Mais elle ne put rien faire pour Rita même, qui resta une sauvageonne à ses yeux. Rita fut mis à l'écart par sa belle-mère acariâtre. Pourtant, à la naissance de sa petite sœur Isabelle, c'est pourtant la jeune fille d'à peine onze ans qui s'occupa du nouveau-né comme une mère, Maryline n'assurant pas son rôle. Avec la naissance d'Isabelle, commença pour Rita une vie de sacrifices, car les besoins d'Isabelle étaient prioritaires sur les siens. Et même lorsque des années plus tard, Rita voulût aller en Inde pour se reconstruire après le décès accidentel de Ronnie, elle fut obligée de ramener sa petite sœur.


En Inde, Kamal est le dernier héritier d'une famille princière, celle du Maha Pradesh. Pour le protéger, sa grand-mère avait décidé de l'isoler du monde dès sa plus jeune enfant. Mais elle dut se résoudre à le laisser partir pour faire des études dans une université américaine. Là-bas, Kamal tomba amoureux de Caroline, une américaine et ils décidèrent de se marier et de vivre en Inde. Mais les familles du jeune couple n'approuvèrent pas leur relation. Pourtant, les deux jeunes gens décidèrent de faire leur vie ensemble et ils eurent rapidement une petite fille. Mais Caroline mourut et Kamal, qui était régulièrement en déplacement, préféra laisser la jeune enfant à sa nourrice.




"La danse des paons" est le second roman de Sharon Maas, une auteure de Guyane Britannique d'origine indienne. Dans ce roman, elle s'intéresse une nouvelle fois à la question de la famille dans la société indienne, tant en Inde qu'en Guyane Britannique.

La protagoniste de ce roman est Rita, mais se dessine en parallèle une autre histoire, celui de Kamal, un riche héritier. Quel est le lien entre Rita et Kamal, au lecteur de le découvrir. "La danse des paons" dépeint la relation complexe entre une enfant et sa belle-mère puis celle avec cette même enfant mais avec sa petite sœur mais également celle entre un garçon qui porte le poids de l'héritage sur ses épaules et sa grand-mère désespérée. Rita et Kamal sont deux personnes qui vivent à l'opposé et pourtant le destin voudra qu'ils se rencontrent.

Alors que le lecteur pense maîtriser le récit et suis tranquillement sa lecture sur des voies qu'il pense toutes tracées, Sharon Maas fait prendre à l'histoire un tournant à quatre-vingt dix degrés en abordant le sujet du trafic humain et de la prostitution, dans un quartier bien connu de la ville de Bombay. D'ailleurs, ce passage fait penser au roman de James A. Levine "Le Cahier Bleu".

"La danse des paons" est l'histoire d'une fille qui doit entièrement se construire par elle-même "Rita". Elle est un personnage attachant, et pour laquelle on peut ressentir presque de la pitié, tant que sa générosité l'amène à se sacrifier pour le bonheur des autres.

Tout comme "Noces indiennes", "La danse des paons" est un bon roman et bien écrit, qui sait tenir en haleine son lecteur jusqu'au bout lorsque ce dernier arrive enfin à se mettre dans l'histoire. Encore une fois, Sharon Maas nous fait découvrir la culture guyannaise dans ce roman, mêlée à la culture indienne. Même si dans son ensemble, l'histoire est plutôt tragique que gaie, le lecteur apprécie la petite note d'humour apportée par l'auteure.





La danse des paons

De Sharon Maas

En version brochée et poche

48 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout