"Sous les lunes de Jupiter" de Anuradha Roy


J'ai lu quelque part qu'on peut avoir des souvenirs très concrets et détaillés d'évènements qu'on n'a jamais vécus ou de lieux qu'on a jamais visités. A la manière de champignons qui naissent dans la chaleur et l'humidité de certaines zones, les souvenirs suintent des cavités de notre cerveau : engendrés à cet endroit-là, ces viscosités vivent et meurent sur place, sans lien aucun avec le monde extérieur, finissant par tout recouvrir et nous empêchant de distinguer entre réalité et imagination.


De ses souvenirs d'enfance d'avant le conflit, Nomi n'en a gardé que des bribes : ses parents, son frère, leur hutte, le pamplemoussier. Une vie simple et légère en somme. Lorsque le conflit a éclaté, il a emporté avec lui ce monde et a ainsi sonné le glas de son innocence. Nomi est désormais seule, loin de chez elle et des gens qu'elle aime. Pourtant, elle ne resta pas seule bien longtemps. Prise comme dans un tourbillon, elle se retrouva soudainement avec d'autres fillettes dans un ashram dirigé par une espèce de gourou aux intentions malsaines. Rien à voir avec les sadhus croisés jusqu'alors. Tant de larmes ont coulé en ce lieu, des horreurs vues et vécues et ces blessures profondes qui n'arriveront jamais à se refermer. Nomi a pourtant fini par grandir loin de cet endroit maudit, dans des pays où les arbres perdent les feuilles. Malgré de nombreux voyages à travers le monde, elle n'était jamais revenue en ces lieux qui n'ont jamais cesser de la hanter. Elle savait qu'un jour il serait temps de faire face aux fantômes du passé et une occasion professionnelle lui permit de revenir enfin à Jarmuli. Mais que va chercher exactement Nomi dans cette ville ? Qu'est-ce-qu'elle espère y retrouver ? Arrivera-t-elle enfin à se défaire de ses fantômes ou au contraire les faire renaître ?



The Golden Fish by Anka Zhuravleva


Jarmuli rayonnait vers l'Asie, le monde entier, le système solaire, l'univers. C'était le sortilège secret de tout écolier, et même encore celui de Badal quand il souhaitait échapper à son oncle et à sa tante : vivre sur Jupiter et dormir sous ses nombreuses lunes.


"Sous les lunes de Jupiter" est un roman subjuguant et cinétique tout comme l'ont été les autres romans d'Anuradha Roy. Dans "Un atlas de l'impossible" et "Les plis de la terre", Anuradha Roy plantait son décor dans les montagnes mystérieuses, dont les falaises, les forêts et les ruines lui procuraient l'inspiration. Dans ce nouveau roman, le lieu est tout autre. Posé sur la côte est de l'Inde, dans une ville imaginaire entre Calcutta et Pondichéry, l'auteur met en avant la mer dans son ensemble et dans sa symbolique la plus profonde. Il dégage de ce nouveau lieu et de ces personnages, une aura exceptionnelle, profonde, mystérieuse, bouleversante, troublante ... Dès les premières lignes de "Sous les lunes de Jupiter", nous sommes happés par la dureté du roman, une force qui ne se détendra pas au fil de la lecture. L'histoire tourne autour de Nomi mais l'on découvre de nombreux autres personnages qui évolueront dans la ville sainte de Jarmuli à la même période - touristes ou locaux. Ils se croiseront ou auront un lien avec un autre personnage. Toutes ces interventions renforceront un sentiment de dislocation et de désorientation générale que l'auteur nous conte avec une main de maître. "Sous les lunes de Jupiter" est un roman dans lequel l'on pourrait ressentir un certain sarcasme. D'une part par son lieu, une ville connue pour être une ville sainte grâce à ses temples souvent très anciens et ses ashrams. A contrario de ces lieux de dévotion pour la pureté des âmes, nous trouvons le souvenir troublant et acéré de Nomi, revenue en ces lieux pour combattre les fantômes de son passé, spectres à l'allure d'une secte dont le maître spirituel à la forme réelle d'un monstre pédophile. Sarcastique également par ses personnages, Anuradha Roy n'a pas créé ses personnages dans de la dentelle et nous offre un petit panel hétéroclite et presque étrange. Certains nous ferons même découvrir la noirceur qui peut émaner de l'espèce humaine, une noirceur qui peut surgir à n'importe quel moment et d'une façon monstrueuse, animale. Parmi les personnages que le lecteur suivra au fil des pages du roman, il y a ces trois femmes sexagénaires en provenance de Calcutta. Elles sont des amies aujourd'hui grands-mères, qui voyagent ensemble pour la première fois et qui goûtent sans doute pour la dernière fois de leur vie à la liberté. Il y aussi Badal le guide qui a repris la profession de son père et qui fait visiter le temple de Vishnu aux touristes. Suraj l'assistant de Nomi qui sculpte régulièrement un bout de bois et qui nous donne l'impression que cette manie cache quelque chose qu'il essaye de canaliser. Enfin Johnny Toppo, le vendeur de chaï de la plage, difficile à déterminer qui il est et pourquoi il chante toujours des poèmes tristes. Il est, malgré lui, un personnage central car il voit défiler tous les personnages du roman devant son stand. Enfin il y a bien évidemment Nomi, une jeune femme qui se cache derrière une espèce de déguisement, au sens propre et au sens figuré. Étrange symbiose de cet ensemble et pourtant une réalisation grandiose.  "Sous les lunes de Jupiter" est un roman dont il est important de discerner la puissance et la profondeur de nombreux passages. Rien n'a été écrit par hasard et nous retrouvons souvent une métaphore, un message, une image sous-adjacente. C'est un genre de romans que j'aime car il nous fait quitter le monde réel pour un monde parallèle tel que nous le verrions dans un prisme, où l'on se sent cotonneux et où l'on observe le monde d'une autre manière, plus subtile, plus profonde. Un roman fait prendre conscience - à ceux qui souhaitent le voir - du temps qui nous file à travers nos doigts, comme le sable que nous prenons dans le poing de nos mains, comme une vague qui lèche nos pas sur le sable pour les faire disparaître.


Elle lâcha l'appareil, se leva et se mit à courir le long de la plage, dépassant les hôtels, contournant les coques retournées, fuyant la foule pour pénétrer dans une forêt de bouleaux, se frayer un chemin parmi les troncs blancs comme des ossements, fuir le rougeoiement d'une maison en feu, ses murs maculés de sang, tandis que les cris d'une fillette appelant son frère résonnait dans sa tête, si fort qu'elle entendit Johnny Toppo qui lui courait après lui en réclamant son argent seulement lorsqu'il l'eut rattrapée pour lui barrer la route. Elle voyait des étoiles noires. Elle ferma les yeux. Quand elle les rouvrit, le soleil avait disparu, l'océan s'était mué en écume de sang.



Sous les lunes de Jupiter

De Anuradha Roy

Titre original : Sleeping on Jupiter

Roman traduit de l'anglais (Inde) par Myriam Bellehigue

Éditions Actes Sud - Collection "Lettres indiennes" série dirigée par Rajesh Sharma

ISBN : 978-233007313-8 - 316 pages - Prix éditeur : 22,50 €

Date de parution : 1er février 2017


Prix : DSC Prize for Fiction 2016

Sélection d'autres grands prix dont, notamment, le Man Booker Prize et le FT/Oppenheimer Award


#romans #éditionsactessud #actessud #anuradharoy #littératureindienne #auteurindien #auteursindiens #rajeshsharma #myriambellehigue

Merci Anuradha Roy pour ce nouvel incroyable roman. Merci Rajesh Sharma pour son travail et sa collection "Lettres indiennes" qui, une fois de plus, nous révèle la qualité de ses publications. La couverture française de ce roman - une photographie d'Anka Zhuravleva - est un reflet parfait du roman. Et enfin qu'aurais-je à lire en français sans les traducteurs qui reproduisent à la perfection dans la langue de Molière, ces magnifiques romans que je chéris tant. Merci.

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi