Un fleuve de fumée de Amitav Ghosh

"Un fleuve de fumée" peut faire allusion à la fumée de l'opium qui sort du fourneau de la pipe après avoir tiré une profonde bouffée. L'autre allusion peut également être celui lié au fleuve de Perles dont le commerce de l'opium commençant à gêner sérieusement l'Empereur de Chine, la boue d'opium et les rêves détruits en fumée ou même celle de l'enclave des étrangers de Canton qui peut peut-être un jour détruit. "Un fleuve de fumée" est la suite du roman "Un Océan de Pavots", une suite où l'on retrouve que très peu le bateau "L'Ibis". La toile de fond est toujours l'opium. Contrairement à "Un Océan de Pavots" nous ne retrouvons pas dans les champs de l'opium de l'Inde, ni des manufactures, mais celui du commerce de l'opium vers la Chine. L'auteur a une nouvelle fois magnifiquement orchestré son récit, se basant sur des personnes ayant vécu à cette époque, reprenant leurs discours, les articles, leur vie, etc. Une nouvelle fois, l'auteur a divisé en 3 parties le livre, où l'on retrouve le même schéma que le premier livre de cette trilogie. Dans le chapitre premier "Iles", on se retrouve tout d'abord à l'île Maurice, la destination finale de l'Ibis lorsqu'il a quitté Calcutta. On y retrouve un peu Deeti et ses descendants les Colver (le nom emprunté par Kalua pour passer incognito coolie sur l'Ibis). Un premier chapitre qui après avoir retrouver Deeti plus âgée nous ramène en douceur des années auparavant, où l'on retrouve Paulette Lambert, Neel et Ah Fatt (le compagnon de cellule de Neel et forçat sur le bateau l'Ibis). On découvre également de nouveaux personnages liés à d'autres personnages et que nous avons connu précédemment ou des nouveaux comme Fitcher Penrose, botaniste ou plutôt "chasseur de plantes", qui engagea Paulette en tant que jardinier sur son bateau-jardin le "Retruth". Sur son bateau avec lequel il a fait une halte à l'Île Maurice avant de se rendre en Chine, avec à  bord beaucoup de spécimens de plantes qu'il avait spécialement sélectionné pour échanger avec les chinois en contrepartie de nouvelles plantes inconnues en Europe. On fait également la connaissance de Bahram Mistrie de Bombay. Sa famille avait été riche mais ils ont fini dans la pauvreté. Il a fait un bon mariage avec Shireenbai fille d'un grand armateur avec qui il a pu convoler en noces car elle avait perdu son futur époux avant son mariage. Bahram a monté les échelons dans le commerce de bateau dans sa nouvelle famille, et c'est lui qui proposa à son beau-père le commerce avec la Chine, commerce qui devint très rapidement lucratif. Bahram vit principalement à Canton dans l'enclave des étrangers de Fanqui-Town avec au compteur pas moins de quinze trajets depuis Bombay. Il y avait rencontré une femme Chi-Mei qui travaille sur un bateau cuisine amarré à Fanqui-Town même et avec qui il eut un fils du surnom de Freddy. Dans le bateau "Anahita", se retrouve aussi Vico, également un indien originaire d'un hameau non loin de Bombay mais qui parle de nombreuses langues dont le portugais. Il a commencé à travailler pour Bahram une vingtaine d'année d'auparavant, il avait la fonction de conseiller, d'intermédiaire et même d'associé. Parmi l'entourage de Bahram, on appris également à connaître Zadig Bey, d'origine égyptienne, de religion copte et ayant une formation d'horloger, qui a déjà voyagé avec Bahram, même vers l'Europe et qui le rejoindra pour son nouveau voyage. On apprend également à connaître un vieil ami de Paulette, Robin Chinnery que Fitscher rencontra à Macao alors que son bateau était amarré près de Hong Kong. Fitscher voulut retrouver une camélia de Canton dont il avait l'illustration. Robin Chinnery était un artiste et était très proche de Paulette et Jodu durant leur enfance dans le Jardin Botanique de Calcutta. Il aura comme mission à Canton d'aider Fitscher à retrouver cette mystérieuse plante. On retrouve Neel et Ah Faat, et leur histoire après leur fuite du bateau "L'Ibis" qui devait les ramener à l'Île Saint Maurice. Ils s'étaient enfuit avec d'autres personnes. Après avoir enfin rejoint Singapour, le hasard voulut qu'Ah Faat retrouva son père, le même qui alla engagé Neel comme munshi, un genre de secrétaire. Par prudence, Neel cacha sa vraie identité car son Sethji était indien, et devint Anil Kumar Munshi. Le chapitre second nommé "Canton", commence en novembre 1838 avec une lettre de Robin à Paulette. Les personnages précédemment cités, hors Fitscher et Paulette, viennent ou reviennent à Canton dans l'enclave réservé aux étrangers "Fanqui-Town" séparé de la ville chinoise de Canton. Une sévère crise touche Canton. Leurs bateaux avec le chargement d'opium attendent au large non loin de Macao. La marchandise n'a pas été encore vendue suite à cette crise. On découvre la vie dans cette enclave sur le territoire chinois, des treize hongs, des factories étrangères de la place centrale du Maidan où se déroulent les scènes les plus importantes de la vie de la cité, grâce à l'histoire de Bahram, Robin, Neel et d'autres personnages que l'on apprend à découvrir. Entre les lignes, on apprend le destin de Fanqui-Town et surtout du commerce de l'opium et de ses commerçants. Destinée que l'on retrouve dans le troisième chapitre nommé "Commissaire Lin" qui n'est autre qu'un homme nommé par l'Empereur chinois pour interdire le commerce de l'opium qui fait des ravages négatifs auprès de la population chinoise dont naîtra la première guerre de l'Opium. Comme le premier roman, j'ai été "scotchée" à "Un fleuve de fumée". Certains personnages réapparaissent du premier livre "Un océan de pavots" et de nouveaux apparaissent durant une période plus ou moins longue dans ce roman, et d'autres dont ne connaît pas encore leur sort depuis l'Ibis me donnent amplement envie de lire la suite (le troisième livre) de la trilogie d'Amitav Ghosh. On remarque par la lecture de ce roman, comme le premier, que l'auteur s'est énormément renseigné sur le commerce de l'opium, les échanges botaniques, les enclaves chinoises comme Canton, Macao, Hong-Kong sur la Mer de Chine et Singapour, etc. Et les quatre pages nommées "Remerciements", nous livrent les sources qui ont pu façonné ce formidable récit, un roman historique, entre fiction et réalité, des personnages ayant existé, l'histoire de la guerre de l'Opium avec la Chine qui a eut réellement lieu, le "libre-échange" entre la Chine, l'Europe et l'Inde. Alors cher auteur, vite la suite (prévu pour le printemps 2015 sur le blog de l'auteur et qui se nommera "Flood of Fire" ou "Déluge de feu"), j'ai hâte de retrouver Deeti et Kalua, Paulette et Zachary, Neel, Ah Faat, Baboo Nob Kissin et tous les autres que j'ai connu en Inde puis après ceux se rendant à Canton.




Fleurs et opium, opium et fleurs ! Curieux de penser que cette ville qui a tant absorbé de l'horreur du monde lui ait donné tant de beauté. En lisant tes lettres, je suis étonnée de penser à toutes ces fleurs qu'elle a expédiées autour de la terre : chrysanthèmes, pivoines, lys tigré, glycine, rhododendrons, azalées, asters, gardénias, bégonias, camélias, hortensias, primevères, bambou, un genévrier, un cyprès, roses-thé grimpantes et roses remontantes - et bien d'autres encore. Si c'était en mon pouvoir, j'ordonnerais à tous les jardiniers du monde de se rappeler, quand ils les plantent, qu'elles sont toutes arrivées dans leur jardin grâce à cette ville entre toutes les villes - cet endroit surpeuplé, puant, bruyant, voluptueux que nous appelons Canton.
page 600

Et enfin voici l'enclave étrangère - ou "Fanqui-Town", comme j'ai déjà appris à l'appeler ! Elle se trouve à l'extrémité la plus éloignée de la cité, juste derrière la porte sud-ouest de la citadelle. En apparence, Fanqui-Town n'est pas du tout ce à quoi on pourrait s'attendre : de fait, elle est si différente de ce que j'avais imaginé que ça m'a pratiquement coupé le souffle !



UN FLEUVE DE FUMEE

De Amitav Ghosh

Titre original : River of Smoke - Traduit par Christiane Besse

Editions Robert Laffont - Collection : Pavillons (14 mars 2013) - 623 pages - 23,50 €

Egalement en format poche

1 vue

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi