• Véronique Schauinger

"La mangeuse de guêpes" de Anita Nair

Fantômes et écrivains se ressemblent davantage que vous le croyez. Nous pouvons être tout ce que vous voulez. Nous pouvons entendre vos pensées même si vous ne les confiez pas. Nous pouvons lire les silences et retranscrire vos histoires comme si elles nous étaient arrivées.

Remisée au bout d'une alcôve d'un hôtel kéralais, le "Near the Neal", une vielle almirah est le tombeau de Sreelaksmi. Depuis 1965, sur le panneau arrière de l'armoire en bois ornée, une boîte renferme une relique - une phalange d'index - qu'avait récupéré sur le bûcher funéraire de son amante, un homme. Sreelaksmi s'était suicidée pour le repos de son âme, avec ce geste, celui qui a été le seul amour de sa vie l'a condamné à une captivité avec pour compagnie la colère et la tristesse.

Près de cinquante ans après ce geste désespérée, une enfant qui s'était réfugiée dans l'armoire pour se cacher, fit tomber la boîte secrète, libéra ainsi la relique et par la même occasion, fit renaître Sreelakshmi.

Ressemblant à un morceau de craie, la phalange de Sreelakshmi se retrouva de la main de l'enfant à d'autres clientes de l'hôtel. Avec cette libération, Sreelakshmi médite sur son passé et découvrir ce qu'est devenu le monde depuis son suicide. En passant de main en main, elle va être submergée par les secrets de ces personnes et ne pourra pas à s'en défaire.


Liliana m'avait fait découvrir trois choses qui semblaient gouverner le monde : Facebook, Twitter et Instagram. À mon sens, Facebook n'était rien de plus que le puits où l'on se tient au courant des dernières nouvelles du village, et Instagram le lieu de baignade où l'on se rend pour regarder et être regardé. Quant à Twitter, c'était le prolongement de l'échoppe de thé où l'on se retrouve pour débattre davantage que pour se restaurer. L'unique différence avec mon époque, c'est qu'hommes et femmes se baignaient ensemble à présent, et que les hommes étaient de corvée de puits pendant que les femmes allaient à l'échoppe de thé pour discuter politique et actualité mondiale.


"La mangeuse de guêpes" est le huitième roman de l'auteure Anita Nair traduit en langue française. Le lecteur y retrouve le sujet de prédilection de l'auteure, les femmes, et le Kerala, l'État indien dont elle est originaire.


"La mangeuse de guêpes" est un roman dont le noyau central sont deux femmes : Sreelakshmi la femme venue du passé et Urvashi la femme d'aujourd'hui. Même si cette dernière a une place importante au cœur du récit, Sreelakshmi reste pourtant la protagoniste principale et l'essentiel de ce roman et de son intrigue, gravite autour de son histoire. Le lecteur devra se montrer patient pour connaître la raison ou les raisons qui l'on poussé à commettre ce geste désespéré qu'est le suicide, car son histoire, comme celle d'Urvashi, n'est révélée que par bribe. Pour faire patienter son lecteur et faire ainsi durer le suspens, Anita Nair nous offre dans son roman, une galerie de portraits grâce à une succession de récits féminins enchevêtrés. Certaines histoires sont dramatiques, elles sont fortes et troublantes, qu'elles peuvent donner un goût fade aux histoires d'Urvashi et de Sreelakshmi.


"La mangeuse de guêpes" est un roman qui se lit bien mais qui peut manquer d'originalité pour certains lecteurs, malgré une trame pourtant très intéressante. Certaines histoires auraient mérité d'être plus travaillées, d'autant que la matière a façonné y est présente. Il reste pourtant un bon roman, très bien écrit et très intéressant. "La mangeuse de guêpes" est un roman qui pourra ravir nombre de lecteurs.


Les anciens, les textes sacrés, tous disent que l'existence est simple. Que c'est nous qui la compliquons avec nos pensées, nos désirs, nos espoirs, notre besoin d'être immortels alors même qu'on n'a pas rendu notre dernier souffle. Parfois, il suffit de rencontrer quelqu'un pour que ce qui paraissait simple deviennent éminemment complexe.

"La mangeuse de guêpes" de Anita Nair

Édition originale sous le titre de "Eating Wasps"

Traduit de l'anglais (Inde) par Patricia Barbe-Girault

Ouvrage publié sous la direction de Vaiju Naravane

Éditions Albin Michel - Date de parution : 26 février 2020 - ISBN : 9782226447838 - 352 pages - Prix éditeur : 20,90 €


#éditionsalbinmichel #anitanair #littératureinidenne #femmesindiennes #albinmichel #indedusud #kerala #auteurindien #auteursindiens #éditionsalbinmichel

©2020 par L'Inde en Livres - Atasi